Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La recherche médicale au CHU de Poitiers prend de l'altitude

-
Par , France Bleu Poitou

Le CHU de Poitiers dispose d'un équipement unique pour ses recherches : une chambre hypoxique, qui permet de diminuer la quantité d'oxygène dans l'air. Le professeur Pierre-Jean Saulnier, responsable du centre d'investigation clinique, se prépare pour les premiers essais cliniques.

La chambre hypoxique du CHU de Poitiers permet de diminuer la quantité d'oxygène présent dans l'air, un équipement exceptionnel pour la recherche médical.
La chambre hypoxique du CHU de Poitiers permet de diminuer la quantité d'oxygène présent dans l'air, un équipement exceptionnel pour la recherche médical. © Radio France - Julien Prouvoyeur

Au centre d'investigation clinique (CIC) du CHU de Poitiers, il existe une chambre d'hôpital pas comme les autres : la chambre hypoxique. Elle permet de diminuer la quantité d'oxygène présent dans l'air. "C'est un outil exceptionnel !, s'enthousiasme le professeur Pierre-Jean Saulnier, responsable de la recherche au CIC. Il n'y a que deux équipements comme celui-ci dans les hôpitaux en France." Installée depuis plus d'un an au cœur du centre hospitalier poitevins, les derniers tests sont en cours avant de réaliser les premiers essais cliniques.

Un outil pour la recherche

L'utilisation de cette chambre hypoxique est un avantage dans le travail d'exploration scientifique des médecins et des chercheurs. "L'hypoxie touche de nombreux organes, explique le professeur Saulnier. Les poumons, le cœur mais aussi d'autres organes comme les reins. Grâce à cette chambre, on peut aider les malades à supporter le manque d'oxygène." En temps normal, nous respirons avec 21% d'oxygène dans l'air. Mais grâce à un système de pompe présent dans la pièce, ce taux peut descendre jusqu'à 10%. "On prend l'air, on l'appauvrie en oxygène et on le remet dans la pièce. C'est un peu comme si on montait en altitude, sauf que lorsqu'on va au ski, il faut rouler quelques heures. Là, vous passez la porte, vous montez à 3000 mètres d'altitude", lance le professeur.

Le tableau présent dans la chambre permet de contrôler la quantité d'oxygène présent dans la pièce. L'altitude simulée peut atteindre les 3500 mètres.
Le tableau présent dans la chambre permet de contrôler la quantité d'oxygène présent dans la pièce. L'altitude simulée peut atteindre les 3500 mètres. © Radio France - Julien Prouvoyeur

Plus qu'un voyage à la montage, cette chambre est un outil médical financé en partie par le CHU et l'Université de Poitiers, à hauteur de 130 000 euros. Un vrai plus pour le Pr. Saulnier : "On peut aider nos malades en comprenant mieux ce qui se passe ou en les entraînant à mieux tolérer le manque d'hypoxie." Cette chambre pourrait également servir à la recherche contre les problèmes respiratoires liés à la Covid-19 et le professeur Pierre-Jean Saulnier est optimiste pour la suite : "Il y a un lien évident entre la Covid et les problèmes de respiration. L'enjeu, c'est de comprendre pour essayer d'optimiser la quantité d'oxygène apportée aux patients. Pour l'instant, les réanimateurs sont concentrés sur les patients mais cette chambre va leur servir à un moment donné, c'est évident."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess