Santé – Sciences

Toujours le parcours du combattant pour avoir un rendez-vous chez l'ophtalmo à Saint-Étienne

Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 12 octobre 2017 à 16:45

-
- © Maxppp - François Destoc

Alors que le conseil national de l'ordre des médecins a publié son dernier Atlas de la démographie médicale, nous avons essayé de décrocher un rendez-vous chez un ophtalmologiste à Saint-Étienne...

Le conseil national de l'ordre des médecins a publié son Atlas 2017 de la démographie médicale. Ils sont 3 205 inscrits dans la Loire au 1er janvier dernier, dont 57 ophtalmologistes, une spécialité dans laquelle laquelle il est toujours compliqué d'avoir un rendez-vous à Saint-Étienne.

Sur les quatorze cabinets recensés dans les pages jaunes, une seule réponse positive : pour la fin du mois de novembre parce qu'il s'agit d'un patient portant déjà des lunettes, à la condition de bien penser à rapporter l'ordonnance de l'époque.

" Nous ne prenons pas de nouveaux patients ! "

Sinon dans un gros tiers des cas, la réponse est quasi automatique "nous ne prenons pas de nouveaux patients". Petite lueur dans un des plus importants cabinets qui nous invite à rappeler en janvier pour une consultation à l'été 2018. La secrétaire nous explique en fait que les médecins ont préféré bloquer la prise de rendez-vous du fait des délais qui s'allongeaient.

"Allez à Lyon, ce sera plus simple ! Ici vous ne trouverez personne ! "

La Loire présentait même en 2014 la pire situation de tout le pays : 205 jours d'attente, selon un organisme de conseil, soit trois fois la moyenne nationale. S'ajoutent les myopies en hausse et les ophtalmo sur le point de raccrocher : trois départs à la retraite se profilent non remplacés, autant de patientèles qu'il faudra accueillir ailleurs.

Autre évolution notable : beaucoup de cabinets refusent au motif qu'ils font d'abord de la chirurgie. "Certains se cachent derrière la chirurgie, ils ne veulent plus faire de consultation !" , commente une standardiste.

Sinon les secrétaires renvoient sur Lyon où les ophtalmo sont environ cinq fois plus nombreux dans l'annuaire avec des créneaux proposés la semaine suivante. Il s'agit notamment de plateformes qui collaborent avec des orthoptistes : ils font les examens avant que le dossier arrive sous les yeux de l'ophtalmo, lequel gagne ainsi du temps. Mais pour le Docteur Stéphane Delage, basé dans le Rhône et membre du Syndicat National des Ophtalmologistes, c'est très clair : "On voit arriver à Lyon des patients qui viennent d'un peu plus loin chaque année, c'est une tendance qui augmente, et qui n'est pas prêt de se résorber je le crains." Il estime qu'actuellement, ces patients qui font la route depuis la Loire représentent environ 10 % de ses rendez-vous.