Santé – Sciences

A Toulouse, Psydom 31 : une alternative à l'enfermement psychiatrique

Par Julien Laignez, France Bleu Toulouse vendredi 11 septembre 2015 à 13:19

L'entrée de l'hôpital Marchant à Toulouse
L'entrée de l'hôpital Marchant à Toulouse © Radio France - Julien Laignez

Depuis une semaine dans l'agglomération toulousaine, 11 patients souffrant de troubles psychiatriques sévères sont suivis à domicile.

L' hôpital Marchant et les cliniques Capio s'associent pour lancer Psydom 31 un nouveau service psychiatrique à domicile.

14.000 personnes (enfants, adultes et personnes âgées) sont soignées chaque année à Marchant : l'objectif est d'éviter l'enfermement et de permettre aux patients de se reconstruire après une crise en restant dans leur milieu personnel, chez eux.

Un nouveau service d’hospitalisation à domicile. Explications de Julien Laignez.

Psydom 31 reportage

Pour limiter les risques de suicide ou d’agression, le patient et ses proches peuvent joindre les médecins et infirmiers 24 heures sur 24.

Mais Psydom 31 fonctionne aussi sur la responsabilisation du patient, explique le docteur Radoine Haoui, psychiatre à l’Hôpital Marchant de Toulouse.

Psydom 31 explications du docteur Radouane Haoui

Schizophrénie, bipolarité, dépression, pathologies liées aux addictions, tout type de pathologie est soignée à domicile. Mais l’hospitalisation en milieu fermé n’est pas toujours la bonne solution selon le docteur Zoulikha Berniac, référent santé du dispositif Psydom 31 - HAD (Hospitalisation à domicile).

Psydom 31 le patient est responsabilisé

Psydom 31 est aussi à durée déterminée : un mois renouvelable une fois, le système coûte un million d' euros, financé 50-50 par l'Agence régionale de santé et les clinique Capio.