Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un tour de vis dans les restaurants d'entreprise

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Depuis mardi, le gouvernement a renforcé les mesures de sécurité sanitaire dans les restaurants d'entreprise. Une seule personne par table et deux mètres entre chaque personne.

La salle clairsemée du restaurant des finances publiques à Privas
La salle clairsemée du restaurant des finances publiques à Privas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

A Privas (Ardèche), le restaurant des finances publiques reste ouvert mais depuis mardi, les règles ont changé. Et la salle apparaît bien vide. Elle ne peut contenir que 18 personnes avec un seul client par table. La gérante s'est donc organisée pour effectuer quatre services d'une demi-heure.  De 11 heures 30 à 13 heures 30, le restaurant peut donc accueillir 72 personnes. On est loin des 115 repas parfois servis en temps normal.    

Et chacun se plie aux nouvelles règles. "C'est beaucoup moins agréable qu'avant. c'est un moment de convivialité le repas. Mais on le fait", explique Tildy, une cliente du restaurant des finances publiques de Privas. D'autres jugent la mesure un peu ridicule. "On est tous ensemble dans le bureau et là il faut manger tout seul. On pourrait manger par équipe de bureau" regrette Frédéric. 

Tout ceux qui se rendent à ce restaurant sont satisfaits de pouvoir manger autre chose qu'un sandwich dans sa voiture ou sur un coin de table. Pour le président de l'association qui gère le restaurant, Bernard Vial, on est au maximum des mesures qui peuvent être prises. Il est impossible d'aller plus loin. Au-delà, c'est la fermeture.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess