Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Tours : "L'interdiction des cabines de bronzage, cela fait 9 ans qu'on en parle"

mercredi 10 octobre 2018 à 18:48 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

On compte 25 instituts dédiés en partie ou totalement au bronzage en Indre-et-Loire. Pour ces professionnels, la menace de fermeture des cabines de bronzage revient chaque année, même si cette fois la mise en garde de l'ANSES pourrait être catastrophique économiquement.

On compte 25 instituts qui proposent du bronzage en Indre-et-Loire
On compte 25 instituts qui proposent du bronzage en Indre-et-Loire © Maxppp - PQR/Républicain Lorrain

Indre-et-Loire, France

Alors que l’ANSES, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, recommande de fermer les centres de bronzage au regard des risques de cancer "avéré", les professionnels du secteur ne semblent pas plus inquiets par cette annonce. En Indre-et-Loire, on dénombre pas moins de 25 instituts totalement ou en partie dédiés au bronzage ! Le secteur est donc porteur puis qu'aujourd'hui en France, il représente 231 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit 15.600 cabines de bronzage et 22.000 salariés  selon les chiffres du Syndicat National des Professionnels du Bronzage en cabine. 

A Tours, la gérante  d'un salon entièrement dédié au bronzage a accepté de nous ouvrir ses portes.     Situé en plein cœur de la ville, le lieu tient à la fois du salon de beauté et de la galerie d'art. Dans cet espace, 6 machines en cabine individuelle sont là pour vous donner un coup de soleil. Six machines qui valent chacune le prix d'une voiture neuve précise la propriétaire. La gérante n'est pas plus surprise que cela par cette demande d'interdiction. Généralement la polémique arrive vers mai-juin, comme chaque année. Cela fait 8 ou 9 ans qu'on en parle.   

Chaque année cette polémique revient. Les machines sont contrôlées et vérifiées régulièrement

La patronne de l'établissement explique que ces centres sont soumis à une longue liste d'interdiction ou de restriction, et notamment l'interdiction aux moins de 18 ans pour éviter l'exposition des peaux jeunes aux UV. "On ne fait pas de promo, d'abonnements, de pubs. Les machines sont contrôlées régulièrement." Depuis 8 ans qu'elle tient le salon, cela n'a jamais fait fuir la clientèle, explique-t-elle. Les clients en parlent mais il savent que c'est homologué. Il n'y a pas de soucis.

La propriétaire espère une nouvelle fois qu'il ne s'agit que d'une alerte car elle a "investi beaucoup d'argent. Cela représente des emplois" (ndlr : elle travaille seule dans son salon) au niveau national. Car selon les professionnels, il ne faut pas parler que des centres de bronzage, il faut aussi parler des instituts de beauté où l'activité représente 20% du chiffre d'affaires.