Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Tours : le CHU cherche des volontaires pour tester un vaccin contre les maladies nosocomiales

jeudi 19 juillet 2018 à 15:25 Par Aurore Richard, France Bleu Touraine et France Bleu

Le CHU de Tours participe à une étude mondiale destinée à mettre au point un vaccin contre les maladies nosocomiales. Il a besoin de personnes volontaires pour tester ce vaccin contre la bactérie Clostridium.

Après les injections, le patient est suivi pendant deux ans par l'équipe du CHU de Tours.
Après les injections, le patient est suivi pendant deux ans par l'équipe du CHU de Tours. © Maxppp - Maxppp

Tours, France

Un essai clinique est en train d'être mené à l'échelle mondiale pour mettre au point un vaccin contre les maladies nosocomiales. Ces maladies nosocomiales qui provoquent des problèmes digestifs, des diarrhées sont contractées en milieu hospitalier. Dans certains cas, elles peuvent même entraîner la mort. Chaque année, en France, plusieurs dizaines de milliers de personnes en sont atteintes. C'est en fait la prise d'antibiotiques ou les soins qui fragilisent ces patients.

Les équipes du CHU de Tours, entre autres, travaillent donc sur un vaccin contre la bactérie du Clostridium. Il faudrait que 15.000 patients participent à travers le monde et pour l'instant, près de trois quarts de ces patients ont été trouvés. " A Tours, une quinzaine de personnes testent déjà ce vaccin depuis huit mois mais il faudrait encore plus de volontaires ", explique le Pr Louis Bernard, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours. 

Deux injections et une prise de sang

Ces volontaires doivent être âgés de plus de 60 ans et avoir déjà été hospitalisés. On lui injecte soit une dose de vaccin soit de l'eau stérile. C'est un tirage au sort qui décide. Un mois plus tard, on fait une nouvelle injection. Deux mois après, une prise de sang est effectuée et elle doit montrer l'efficacité ou non du vaccin. Il y a ensuite un suivi du patient pendant deux ans. L'équipe du CHU le contacte tous les deux mois par téléphone pour vérifier qu'aucune infection n'est apparue.

Si vous êtes volontaire et que vous correspondez aux critères, vous pouvez appeler au 02.47.47.86.22 ou au 02.47.47.98.29.