Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Offre de santé : les élus de l'agglomération de Lens-Liévin tirent la sonnette d'alarme

-
Par , France Bleu Nord
Lens, France

On en parle souvent, les enquêtes le confirment régulièrement, l'état sanitaire dans la région est parmi les plus dégradés de France. Le Lensois n'échappe pas à la règle et si on en croit les élus locaux le bassin de population serait encore plus touché que les autres secteurs de Hauts de France.

Un tout nouveau Centre Hospitalier doit être construit à Lens, mais ça ne suffira pas
Un tout nouveau Centre Hospitalier doit être construit à Lens, mais ça ne suffira pas © Maxppp - Séverine Courbé

Les chiffres parlent d'eux mêmes, si on en croit les statistiques de l'Observatoire Régional de la Santé, la surmortalité dans l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais serait très largement au-dessus de toutes les moyennes, régionales comme nationales. Et notamment pour ce qui concerne la surmortalité précoce, celle qui touche les personnes âgées de moins de 65 ans. 

En cause sans doute la fragilité d'une population peut-être plus touchée par la misère ici qu'ailleurs. Mais les infrastructures ont également pris du retard du fait même de l'histoire de cette région où durant des décennies la santé a été prise en charge par les compagnies minières, puis ensuite par les Houillères.  Les puits de mine ont beau être fermés depuis une trentaine d'années la relève n'est pas encore assurée, loin s'en faut.

Si on ne fait rien, en 2025 la surmortalité précoce dépassera 73%

Les élus locaux ont décidé de prendre le taureau par les cornes, ils dénoncent aujourd'hui une "faillite de la santé publique". C'est à la quasi unanimité que les élus de la Communauté d'Agglomération de la Lens Liévin (la CALL) viennent de signer une motion afin de réclamer une sorte de Plan Marshall pour le Lensois, en tout cas un traitement différencié pour rattraper le retard accumulé.

Un nouvel Hôpital ne suffira pas

Le vieil hôpital de Lens a vécu, un tout nouvel équipement doit sortir de terre dans les années qui viennent. Le projet est acté, il est financé. Près de 300 millions d'euros pour 600 lits. "On va avoir un e-hôpital, concède Alain Bavay président du groupe majoritaire au sein de la CALL, mais quand le patient rentrera chez lui, il devra être accompagné". Et ça implique une médecine de ville adaptée, des kinés et des infirmières mais aussi un accompagnement à domicile, bref tout ce qui aujourd'hui fait cruellement défaut.

Il nous faut un Centre Hospitalier Universitaire

Il faut attirer les médecins, les spécialistes et pouvoir les retenir ensuite. "On le voit bien aujourd'hui, constate Bruno Troni le maire communiste de Bully-Montigny, quand un médecin s'en va ou prend sa retraite, il ne trouve pas de remplaçant. Ils ont besoin de moyens et de plateaux techniques"

La solution pour les élus locaux: un Centre Hospitalier Universitaire. La moyenne en France serait d'un CHU pour 1,5 million d'habitants. Dans les Hauts-de-France on en compte deux seulement pour plus de 6 millions d'habitants (Lille et Amiens). "Ça fait plus de 30 ans qu'on réclame un CHU dans le Pas-de-Calais, un centre de recherche et une fac de médecine" tonne encore Bruno Troni. Un courrier dans ce sens a été envoyé au Président de la République

Une commission d'enquête parlementaire

Dans la motion qu'ils ont signée en assemblée plénière mais également dans le courrier qu'ils ont envoyé au Président de la République, les élus réclament notamment d'être reçus par la direction de l'Agence Régionale de Santé (ARS) afin de mettre à plat tous les enjeux d'une refonte totale de l'offre sanitaire sur le secteur. 

Mais ils veulent aussi qu'une commission d'enquête parlementaire sur le sujet soit confiée à Brigitte Bourguignon, élue REM du Pas-de-Calais et présidente de la commission des affaires sociales à l'Assemblée Nationale.

Dossier : l'offre de santé très critique dans le Lensois, par Claire Mesureur

Choix de la station

À venir dansDanssecondess