Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Ségur de la Santé, une "vaste escroquerie" pour les praticiens hospitaliers en grève à Trévenans

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les praticiens hospitaliers, en grève illimitée depuis le lundi 11 janvier 2021, dénoncent l'une des mesures du Ségur de la Santé qui modifie leur grille. Les nouveaux embauchés accèdent à de meilleurs salaires plus tôt, mais les praticiens déjà en poste perdent une partie de leur ancienneté.

Les praticiens hospitaliers sont en grève illimitée depuis le 11 janvier 2021 (photo d'illustration).
Les praticiens hospitaliers sont en grève illimitée depuis le 11 janvier 2021 (photo d'illustration). © Maxppp - Philippe Neu

Les praticiens hospitaliers, en grève illimitée depuis quatre semaine dans toute la France, y compris à l’hôpital de Trévenans, dénoncent "l'inégalité" créée par la réforme du Ségur de la santé, actée en juillet. Elle accélère les carrières des nouveaux médecins, mais entraîne une perte d'ancienneté pour ceux déjà en poste. Les trois premiers échelons de carrière sont supprimés, c'est donc favorable aux nouveaux embauchés,  mais ceux qui ont été recrutés avant 2020 se voient désavantagés de quatre années d'ancienneté par rapport à leurs collègues nommés cette année. 

Le Dr Luc Sengler, chef des urgences à l'hôpital Nord Franche-Comté, dénonce une forme d'injustice au sein de son propre service. Il prend l'exemple d'un praticien qui pratique en milieu hospitalier depuis six ans et d'un médecin nouvellement embauché, après avoir été contractuel. Le second gagne, selon Luc Sengler, 500 euros de plus que le premier, "alors que ces deux praticiens ont à peu près le même âge". 

"L'un a fait l'effort d'être dans la carrière hospitalière depuis plus longtemps, et en guise de remerciement, il gagne 500 euros de moins que son collègue", s'indigne Luc Sengler. "Je n'ai rien contre les jeunes qui vont gagner un peu plus et plus tôt, mais ça ne doit pas être au détriment de ceux qui font tourner la boutique depuis plusieurs années."

Cette réforme ne sert qu'à faire du vent et faire mousser notre ministre - Luc Sengler

Malgré une mobilisation nationale, les grévistes peinent à se faire entendre, puisque les praticiens continuent à soigner. "Je pense que pour les paramédicaux, le Ségur a été une avancée non-négligeable, il faut le reconnaître. Par contre, pour les médecins hospitaliers, c'est une vaste escroquerie. Cette réforme ne sert qu'à faire du vent et faire mousser notre ministre", poursuit le chef des urgences à l'hôpital Nord Franche-Comté.

Cette modification de la grille salariale des praticiens hospitaliers peut aussi désavantager les praticiens hospitaliers en fin de carrière qui vont mettre plus de temps à atteindre les derniers échelons, alors même que leur retraite est calculée sur les 25 meilleurs années, dénonce encore Luc Sengler.

75% des praticiens hospitaliers de l'hôpital ont signé un recours

Environ 75% des praticiens hospitaliers de l'hôpital Nord Franche-Comté ont signé un recours gracieux contre ce décret, adressé au Premier ministre Jean Castex et au ministre de la Santé Olivier Véran, resté jusqu'à aujourd'hui sans réponse, rapporte Luc Sengler.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess