Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Trois Alsaciens utilisent un Segway pour créer un fauteuil roulant tout terrain

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Parce que se déplacer en fauteuil roulant classique relève souvent du défi, trois Alsaciens ont bricolé pendant des années pour customiser un gyropode et créer un fauteuil roulant tout terrain : ils ont même prévu des roues pour la neige et le sable. Rencontre.

Trois Alsaciens, Pascal Grimm (ici), Arnaud Niederst et Franck Koffel, créent ensemble un fauteuil tout terrain pour handicapés à partir d'un gyropode.
Trois Alsaciens, Pascal Grimm (ici), Arnaud Niederst et Franck Koffel, créent ensemble un fauteuil tout terrain pour handicapés à partir d'un gyropode. © Radio France - Solène de Larquier

Gerstheim, France

Un Segway adapté aux personnes handicapées. Imaginez : un gyropode, cette sorte de plateau avec deux grosses roues, motorisé, qui permet d'avancer sans effort. Un engin prisé des touristes. Trois Alsaciens ont eu l'idée de le transformer en un fauteuil roulant super compact, qui se stabilise tout seul, pour pouvoir se déplacer de façon plus autonome. Un fauteuil roulant tout terrain en somme, que ce soit sur des pavés, des chemins à la montagne ou même sur le sable, ce que les fauteuils roulants classiques ne permettent pas.

Une sorte de handi-gyropode haute couture né dans un petit atelier à Gerstheim. Les créateurs ? Pascal Grimm et Arnaud Niederst, tous deux anciens mécaniciens-ajusteurs, et Franck Koffel, qui était carrossier. Ils se rencontrent en centre de rééducation après avoir perdu l'usage de leurs jambes. Une vidéo sur Youtube d'un segway bricolé les inspirent. "Des Américains amputés après la guerre du Koweït. Ils ont pris un Segay, en posant juste un caisson et on les a vu sauter dessus en utilisant le guidon. On s'est dit qu'il y avait quelque chose à faire", raconte Pascal Grimm. Ils trouvent un modèle adapté aux personnes épileptiques en Allemagne et commencent à bricoler dessus.

Les trois amis se retrouvent dans le garage de Pascal à Gerstheim en 2011 pour faire test sur test, "On doit en être à la version 5 ou 6" confie Pascal Grimm. Ils commercialisent aujourd'hui ce modèle : E-ROOL. "Il ne nécessite qu'une main pour piloter. On est en équilibre sur les deux grandes roues, le système gyroscopique calcule tout le temps cet équilibre et c'est lui qui vous permet de passer un pavé, peu importe qu'il fasse un ou trois centimètres." Ce gyropode est adapté pour divers handicaps : paraplégie, tétraplégie légère, sclérose en plaque avancée, hémiplégie, amputation d'une ou deux jambes.

Un fauteuil commercialisé sans but lucratif

Deux fois plus léger qu'un fauteuil motorisé classique, ce gyropode peut même aller sur du sable ou de la neige grâce à une deuxième set de pneus.  Les trois Alsaciens ont créé une association, Paramove, pour commercialiser sans but lucratif leur gyropode, "On ne l'a pas fait pour gagner de l'argent, pour s'enrichir. On a du temps donc on fait ça pour aider les gens. Un industriel mettrait deux jours à le fabriquer, nous il nous faut quatre à six semaines" explique le plus bricoleur, Pascal Grimm. 

Conçu pour durer, cet handi-gyropode alsacien est livré avec tout le nécessaire à entretien dont cette petite caisse à outils. - Radio France
Conçu pour durer, cet handi-gyropode alsacien est livré avec tout le nécessaire à entretien dont cette petite caisse à outils. © Radio France - Solène de Larquier

Il faut quand même compter entre 13 et 16 000 euros. "La plupart des fauteuils roulants sont fabriqués par des industriels. Là, ça a vraiment été pensé par des personnes concernées puisque nous sommes nous-mêmes en fauteuil. Aucun fauteuil roulant industriel ne vous proposera un pose guidon pour le retirer ou un support pour mettre une bouteille, nous, on a intégré tout ça et on a conçu nos modèles pour durer" affirme Arnaud Niederst, le président de l'association. Les amis alsaciens ne vendent leurs gyropodes customisés qu'aux personnes qui se déplacent, c'est du sur-mesure. 

Des gyropodes sur mesure

Richard est d'ailleurs en séance d'essayage, paraplégique depuis 28 ans, il a fait le déplacement depuis la Drôme : "J'ai une vie de famille, il y a beaucoup d'endroits dans la vie où c'est pas du tout accessible : on veut aller au bord d'un lac, à la plage ou simplement visiter un village médiéval avec des pavés, faire ça en fauteuil roulant, c'est juste impossible. Les petites roues se plantent entre les pavés et on est bloqué. Là, c'est la liberté !" explique-t-il en tournant sur lui même avec son gyropode gris flambant neuf. 

Ici Arnaud Niederst (g.), Pascal Grimm (dr.) et leur client du jour, Richard derrière son gyropode sur mesure. - Radio France
Ici Arnaud Niederst (g.), Pascal Grimm (dr.) et leur client du jour, Richard derrière son gyropode sur mesure. © Radio France - Solène de Larquier

Le client se projette : "J'imagine déjà aller chercher le pain parce que j'habite à 600 mètres de la première boulangerie et qu'en fauteuil on se dit que ça ne fait pas très loin mais c'est 600 mètres aller et retour, où est-ce qu'on met le paquetage, etc. J'imagine ça vraiment au quotidien, plus qu'un loisir" détaille Richard qui a obtenu le financement quasi intégral de son E-ROOL par la Maison départementale des personnes handicapées de la Drôme. En finir avec les douleurs au dos et au bras à cause du fauteuil roulant manuel, c'était d'ailleurs l'idée de départ de Pascal Grimm : "Avant, on rentrait de balade parce que Monsieur avait mal, maintenant on rentre parce que Madame en a marre" sourit le Bas-Rhinois. 

Une quinzaine d'E-ROOL ont été livrés pour le moment, de la Bretagne jusqu'au nord de l'Allemagne en passant par la maison de la nature à Boult-aux-Bois dans les Ardennes, qui espère ainsi ouvrir ses sorties aux personnes en situation de handicap.

Il est possible de contacter les concepteurs alsaciens sur leur page facebook.