Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France : l'Unicef en appelle aux pouvoirs publics

-
Par , France Bleu

L'Unicef appelle ce jeudi les pouvoirs publics à agir "au plus vite" contre la pollution de l'air, rappelant que trois enfants sur quatre respirent un air toxique en France.

L'Unicef préconise notamment l'instauration de zones de circulation restreinte aux abords des lieux de vie sensibles.
L'Unicef préconise notamment l'instauration de zones de circulation restreinte aux abords des lieux de vie sensibles. © Maxppp -

Un rapport rendu public ce jeudi par l'Unicef préconise la mise en place de zones de circulation restreinte ambitieuses en ville, afin de répondre à la problématique de la pollution de l'air. C'est la première fois que l'agence onusienne se saisit de ce thème dans l'Hexagone

L'Unicef appelle les pouvoirs publics à agir "au plus vite". "Quand on dit air pollué, on pense souvent pays en développement, épais brouillard", souligne Jodie Soret, chargée des relations de l'Unicef avec les pouvoirs publics. "Mais en France, trois enfants sur quatre respirent un air pollué", rappelle-t-elle en citant des chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Des personnes vulnérables

Les progrès réalisés pour réduire les émissions de NO² (dioxyde d'azote) et de particules fines, qui en ville viennent d'abord des transports, restent insuffisants, note le rapport, réalisé en partenariat avec le WWF, le Réseau Action climat et l'association Respire. "On en connaît de plus en plus les implications, il y a les maladies respiratoires [...], l'asthme, les poussées d'eczéma, mais on fait aussi le lien avec le diabète, les syndromes dépressifs...", déplore Jodie Soret. D'autant que les enfants, dont l'organisme est immature, sont plus vulnérables : leur fréquence respiratoire est 1,5 fois plus élevée que celle d'un adulte, leurs activités en extérieur plus fréquentes, et ils sont moins capables d'agir pour se protéger.

Selon le rapport, l'étendue des conséquences est de surcroît encore trop méconnu, car les nombreuses études portant sur la qualité de l'air manquent généralement de données propres aux jeunes populations.

Moins de circulation aux abords des lieux de vie sensibles

Pour l'Unicef, les zones de circulation restreinte doivent davantage prendre en compte les lieux sensibles que sont par exemple les hôpitaux ou les écoles, "et pas seulement les hyper-centres". Aujourd'hui dans Paris et sa couronne, 27% des établissements recevant du public sensible sont exposés au dépassement des seuils réglementaires de NO², ainsi que 31% des établissements sportifs, note le rapport, citant Airparif.

L'agence propose également d'encourager mieux les mobilités douces (voies réservées, forfait pour les salariés, apprentissage du vélo avant la  6ème), tarifer les transports en commun selon les revenus, réguler la circulation aux abords des écoles (piétonnisation ou semi-piétonnisation).

La France est poursuivie par l'Union européenne pour non-respect dans 14 agglomérations des normes européennes.