Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trois médecins rennais en renfort à Strasbourg : "On a vu des choses surréalistes par rapport à d'habitude"

-
Par , France Bleu Armorique

Pendant une semaine, trois médecins anesthésistes du CHU de Rennes sont allés prêter main forte à leurs collègues strasbourgeois. La région Grand Est est frappée de plein fouet par l'épidémie.

Les soignants rennais (au premier plan) posent avec leurs collègues strasbourgeois
Les soignants rennais (au premier plan) posent avec leurs collègues strasbourgeois - Emilie Langlais

La voix d'Emilie Langlais trahit sa fatigue. Elle est partie avec deux de ses collègues prêter main forte à Strasbourg la semaine dernière, après un appel lancé par le CHU alsacien aux autres hôpitaux du pays : "J'ai ressenti ça comme un appel à l'aide, un besoin de renfort des équipes soignantes. Là-bas, il faut bien se dire que ça fait un peu plus d'un mois qu'ils travaillent beaucoup, qu'ils ont ouvert des unités de soins de réanimation avec beaucoup de gardes... On a senti que les soignants étaient très fatigués."

La jeune médecin de 31 ans a également constaté une entraide et un dévouement incroyable chez ses collègues alsaciens. Volontaire, elle n'a pas hésité à les rejoindre : "C'était difficile de ne pas beaucoup travailler ici et de voir qu'à l'autre bout de la France il y avait des gens qui s'épuisaient. On pourra dire que c'est courageux, mais avant tout c'est naturel de l'avoir fait."

Une semaine éprouvante dans des services saturés, même si les équipes manquent moins de matériel qu'au début de l'épidémie et que le nombre de patients diminue. Emilie Langlais a été marquée par certains modes de fonctionnement sur place : "Il y a tellement de patients, que tous les après-midis, les médecins se relayaient pour appeler les familles pour leur donner des nouvelles, des familles qui n'ont pas vu leurs proches depuis plus d'un mois pour beaucoup... Dès qu'un patient était en capacité de parler on faisait des Skype entre eux et leurs familles... C'est des choses complètement surréalistes par rapport à ce qu'on peut faire d'habitude."

Les équipes soignantes de Strasbourg au travail avec les patients atteints du coronavirus
Les équipes soignantes de Strasbourg au travail avec les patients atteints du coronavirus - Emilie Langlais

Emilie Langlais juge cette expérience "extrêmement enrichissante" et que cette semaine vécue dans un hôpital saturé par le nombre de patients Covid-19 pourra lui servir, si une vague épidémique venait à atteindre la Bretagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess