Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le retour sur info de France Bleu Belfort Montbéliard

Trois mois après la visite d'Olivier Véran à l'hôpital de Trévenans, les syndicats dans l'attente

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Avec Retour sur info, France Bleu Belfort Montbéliard revient sur une déclaration ou une annonce qui a marqué l’actualité de ces derniers mois, et vérifie si elle a été suivie d’effet. Retour ce vendredi sur le passage en octobre 2020 du ministre de la Santé, à l'hôpital de Trévenans.

Les agents de l'hôpital ont vu leurs salaires augmenter de 183 euros chaque mois
Les agents de l'hôpital ont vu leurs salaires augmenter de 183 euros chaque mois © Radio France - Wassilla Guittoune

Le 9 octobre 2020, Olivier Véran, ministre de la Santé, se déplaçait à l'hôpital Nord Franche-Comté pour faire le point sur le Ségur de la santé. Il réaffirmait alors la volonté du gouvernement d'augmenter les salaires des agents dans le cadre du plan Ségur. Trois mois après, la question de la reconnaissance des personnels hospitaliers est loin d'être réglée.

Trois mois après la visite d'Olivier Véran à l'hôpital de Trévenans, les syndicats dans l'attente

Une promesse tenue, celle de l'augmentation des salaires ...

Les infirmières attendaient alors toujours les premiers effets du Ségur de la Santé sur leur fiche de paye, avec la revalorisation de 183 euros nets par mois. . C'est chose faite saluent le syndicat CFDT ou encore la CNI, la Coordination Nationale des Infirmières : "Les fameux 183 euros mensuels ont bien été perçus". En revanche, la contractualisation des heures supplémentaires ne se fait pas encore. Ce qui est sur le point de voir le jour, c'est la revalorisation des grilles salariales des infirmières puisque les négociations ont abouti" précise Mélanie Meier, représentante CFDT du site hospitalier de Trévenans.

... Mais qui ne suffit toujours pas pour les représentants du personnel

"On ne peut pas vraiment parler de reconnaissance de compétences. On reste dans l'attente à un moment où on est en vrai difficulté d'attractivité, on a des postes vacants à l'hôpital Nord Franche comté les annonces ne sont pas vraiment suivies d'effet, en tout cas elles répondent pas aux attentes" estime Nathalie Depoire, de la coordination Nationale des Infirmières à l'hôpital de Trévenans.

Pour l'infirmière, les engagements ont été "partiellement réalisés, et dans le contexte actuel ce n'est pas acceptable. Alors certes, ce sont des augmentations quand même car il y a eu de l'argent, on ne peut pas dire que c'est rien. Mais par rapport à ce qui n'avait été pas mis dans le monde de la santé, il y a un tel décalage que le retard n'est pas comblé. Et c'est un problème quand on recherche du personnel"

Une guerre d'attractivité?

"Ce qu'on a retenu de la visite du ministre, c'est qu'il était fier du personnel de l'hôpital, que c'était un magnifique établissement, mais depuis le passage d'Olivier Véran, on a entamé la deuxième vague avec moins de personnel, des agents épuisés. Les belles paroles c'est bien, mais qu'est ce qu'on fait pour attirer de jeunes professionnels à l'hôpital. On voit bien qu'ils n'y restent pas longtemps", ajoute Mélanie Meier, représentante CFDT.

Constat partagé par Nathalie Depoire, infirmière et représentante au sein de la Coordination Nationale des Infirmières, qui parle même de "guerre d'attractivité avec tous les autres établissements, privés ou encore de Suisse. Eux peuvent faire des offres supérieures à la grille salariale qu'on trouve dans le public. Et cela va devenir un vrai problème pour avoir les effectifs et répondre aux besoins".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess