Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Santé – Sciences

Trois questions sur Tiangong-1, la station spatiale chinoise qui va bientôt s'écraser sur la Terre

-
Par , France Bleu

C'est la première station spatiale chinoise, mise en orbite en 2011. Tiangong-1 est désormais inhabitée, elle est semble-t-il hors de contrôle depuis le printemps 2016. Selon les spécialistes, elle va tomber sur Terre dans moins d'un an. Reste à savoir exactement où et quand.

La station chinoise Tiangong-1 représentée à la télé chinoise avec la capsule orbitale Shenzhou-10
La station chinoise Tiangong-1 représentée à la télé chinoise avec la capsule orbitale Shenzhou-10 © AFP -

Elle pèse huit tonnes et demie et mesure un peu plus de 10 mètres de long : Tiangong-1 est un modèle réduit de station spatiale - à titre de comparaison, l'ISS, la station spatiale internationale, mesure 110 mètres de long et pèse 400 tonnes. Il s'agit de la toute première station spatiale chinoise, et elle a été mise en orbite en 2011. Mais depuis le printemps 2016, la transmission des données de la station à la terre est interrompue. La Chine n'a plus le contrôle du vaisseau. Or, les scientifiques observent qu'il se rapproche doucement de la Terre.

Quand Tiangong-1 va-t-elle s'écraser ?

Actuellement, Tiangong-1 est en orbite à 300 kilomètres au-dessus de nous. Elle n'a plus de contact radio avec le sol, n'est plus habitée, et subit le frottement atmosphérique. "Selon les prévisions, elle va s'écraser au printemps 2018. Certains annonçaient la fin de l'année 2017, mais il semblerait que ce soit un peu plus tard. Cela dit, il y a toujours une certaine imprécision : on parle du 10 avril, mais cela peut être quinze jours avant, ou après, voire plus," explique Alain Grycan, chargé de mission au centre de culture scientifique Le Quai des savoirs. Les prévisions vont s'affiner au fur et à mesure que la station va descendre, mais même la veille de la chute, on ne pourra pas dire exactement quand Tiangong-1 tombera.

Où la station spatiale va-t-elle tomber ?

C'est également difficile à dire, à cause justement de l'incertitude sur le moment de la chute : en une heure et demie, Tiangong-1 va parcourir un tour de Terre ! "C'est un peu comme le rail d'un chemin de fer, poursuit Alain Grycan. On peut savoir quelle est la trajectoire de la station, mais il est très difficile de dire à quel endroit de ce "rail" elle va tomber. En revanche, ce qu'on peut indiquer, c'est l'inclinaison de l'orbite de la station : 42,8 degrés. Cela veut dire qu'elle ne peut survoler que des zones de latitudes inférieures à cette inclinaison. Pour vous donner une idée, c'est à peu près la latitude de Toulouse." Normalement, quand un satellite est toujours sous contrôle, il est possible de le diriger, c'est ce qui s'est passé pour la station Mir, qui est tombée dans l'océan Pacifique. Mais pour Tiangong-1, c'est impossible.

Doit-on avoir peur du crash ?

A priori, la station ne va pas tomber intégralement au sol. "Quand un objet céleste rentre dans l'atmosphère, il subit un échauffement intense et va donc généralement brûler. Seuls quelques morceaux arriveront sur terre", explique Alain Grycan. Sauf que selon Futura Sciences, ces morceaux pourraient peser autour de 100 kilos ! Cela dit, par rapport à l'immensité de la planète, il y a très peu de chances que Tiangong-1 tombe sur des zones habitées - la Terre est couverte à 70% d'eau. Dans l'histoire, les chutes de satellites ou de vaisseaux dans l'atmosphère sont fréquentes, mais elles n'ont jamais fait aucune victime. Le risque est donc minime, même s'il existe. En attendant que Tiangong-1 ne nous tombe sur la tête, vous pouvez toujours suivre sa trajectoire sur ce site qui permet de "traquer" les satellites en temps réel.