Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : un car médicalisé fait demi-tour entre Reims et Tours, les patients n'étaient pas prioritaires

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Touraine, France Bleu, France Bleu Lorraine Nord

Un bus médicalisé avec à bord huit patients du CHU de Reims a été sommé de faire demi-tour alors qu'il devait se rendre à Tours et qu'il était déjà sur l'autoroute. L'ARS Grand-Est explique que seuls les patients en réanimation sont prioritaires pour être transférés.

Transfert de malade du Covid-19
Transfert de malade du Covid-19 © Maxppp - Maxppp

Depuis la semaine dernière, les transferts inter-régionaux se multiplient pour soulager les hôpitaux du Grand Est et de la région parisienne face à l'afflux de patients atteints par le Covid-19. C'est dans ce contexte que huit patients du CHU de Reims, malades du Covid-19, devaient être transférés au CHRU de Tours, par autocar médicalisé ce mardi.

"On privilégie les transferts de malades en réanimation, ce qui n'est pas possible par car" dit l'ARS Grand-Est

Sauf que moins d'une heure après son départ de Reims, le car a été sommé de faire demi-tour. Ces huit patients n'étaient vraisemblablement pas prioritaires : "Ce sont les services de réanimation qui sont les plus en tension en ce moment donc on privilégie les transferts de malades en réanimation", explique Christophe Lannelongue, de l’Agence Régionale de Santé Grand-Est.

Le CHRU de Tours, lui, dit simplement que le transfert devait être mieux coordonné, pourtant les médecins étaient bel et bien prêts et volontaires pour aider leurs confrères de Reims : "On a dit OK vis-à-vis des collègues de Reims parce que chez eux les patients sont dans le couloir. On pouvait aider pendant un temps et peut-être qu'après la vague ils auraient fait pareil pour nous", explique Louis Bernard, chef du service des maladies infectieuses au CHRU de Tours.

Une procédure très normée

A chaque transfert, la procédure doit être validée à la fois par les hôpitaux bien sûr, mais aussi les deux ARS concernées et par le centre de crise national présent à Paris au sein de la Direction générale de la santé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu