Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

EXCLU - Un bébé frôle la mort à cause d'un surdosage de Dépakine, les parents portent plainte contre l'hôpital

mardi 31 octobre 2017 à 4:31 - Mis à jour le mardi 31 octobre 2017 à 11:26 Par Kevin Boderau, France Bleu Provence et France Bleu

Atteint d'une tumeur cérébrale, Nilo, 20 mois, a failli être victime du traitement censé le soigner. Il a reçu plus de six fois la dose de Dépakine qui aurait dû lui être prescrite par un médecin de l'hôpital de la Timone à Marseille. C'est une information France Bleu Provence.

photo d'illustration
photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Marseille, France

Vendredi 27 octobre, les parents de Nilo, originaire de Meyreuil près d'Aix-en-Provence, l'amènent en urgence à l'hôpital de la Timone. Traité avec des bêtabloquants et de la Dépakine pour améliorer l’efficacité de sa chimiothérapie, l'enfant est dans un état comateux après chaque prise de médicaments.

6,5 fois la dose de Dépakine

L'interne, qui a réalisé l'ordonnance, aurait commis une erreur de conversion entre milligrammes et millilitres. Résultat, plus de 6.5 fois la dose de Dépakine normalement prescrite et un lavage de l'estomac en urgence pour sauver l'enfant.

"L'interne nous a dit qu'il n'y avait pas d'erreur." - Jérôme Césarini, le père de Nilo

Pourtant les parents de Nilo ont tenté d'alerter l'hôpital : "Nilo s'endormait presque tout de suite après avoir pris ses médicaments" explique son père. "On a appelé l'hôpital pour voir s'il n'y avait pas d'erreur mais l'interne nous a pris de haut et nous a presque envoyé balader en nous disant que c'était le bon dosage".

Nilo est sorti de l'hôpital dimanche matin, mais à cause de ce surdosage, un risque hépatique demeure. Il pourrait également y avoir des complications sur le foie et les reins. "On croise les doigts" dit son papa.

Nilo avait déjà attrapé une maladie nosocomiale à la Timone

Pour les parents de Nilo, c'est la goutte d'eau. En août, il a déjà contracté un staphylocoque doré lors d'une intervention chirurgicale à la Timone. "Il faut voir dans quel état sont certains services, les personnels n'ont pas assez de temps pour bien s'occuper de tout le monde, les pansements sont parfois faits n'importe comment. On a même vu des cafards à l'hôpital" précise le père de Nilo.

Les parents de Nilo ont donc déposé une plainte à la gendarmerie de Gardanne. Ils attendent maintenant des garanties de la part de l'hôpital et envisagent de l'emmener se faire soigner à Paris.

Jérôme Césarini témoigne sur France Bleu Provence, à 7h20 ce mardi matin.

  - Visactu
© Visactu