Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un bureau d'études spécialisé dans la biocontamination à Nîmes pour conseiller les entreprises

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Créé en 2015 à Nîmes, HygiaCare Conseil, un bureau d'études spécialisé dans la biocontamination aide les entreprises et les établissements de santé à faire face au risque sanitaire.

Virginie Griotto a créé HygiaCare Conseil à Nîmes en 2015
Virginie Griotto a créé HygiaCare Conseil à Nîmes en 2015 © Radio France - Sylvie Duchesne

A l'origine de ce bureau d'études, Virgnie Griotto, docteur en pharmacie bio-hygiéniste. Après avoir travaillé pendant plusieurs années avec l'institut Pasteur à Lille, cette nîmoise a décidé de créer HygiaCare Conseil dans sa propre ville. Elle intervient aujourd'hui à travers toute la France pour épauler des entreprises, des établissements de santé ou des établissements accueillant du public à adopter les bons gestes face au risque sanitaire en mettant en place un protocole adapté.  Un travail qui prend une résonance particulière depuis le début de l'épidémie de coronavirus. A l'heure où le port du masque devient obligatoire pratiquement partout, elle préconise elle, une réponse adaptée en fonction de l'environnement. "Il faut faire la distinction entre les ambiances confinées et non confinées dit-elle. Les fameuses gouttelettes émises par un individu qui peut être asymptomatique, peuvent se propager dans un lieu de travail comme un openspace. L'application des gestes barrière est donc un élément fondamental. On parle beaucoup du masque mais il ne faut pas oublier l'hygiène des mains. C'est la première cause de transmission de la maladie et des contaminations croisées.

Les gestes barrière, déjà, pour la grippe ou la gastro

Ces gestes barrière, on les connait tous, notamment pour éviter de transmettre la grippe ou la gastro-entérite mais jusqu'à présent, on avait tendance à ne pas les appliquer. Le coronavirus a changé la donne. "Ce qui est primordial explique Virginie Griotto, c'est d'éduquer les plus jeunes à l'hygiène. Je perçois autour de moi des jeunes enfants qui, quand ils toussotent un peu, toussotent dans leur coude. Cette éducation se met progressivement en place pour toute la population.  Le respect des gestes barrières et le port du masque en entreprise permettront de couper la chaîne de transmission du virus." Difficile aujourd'hui de savoir comment il va évoluer dans les mois qui viennent.  Ce qui est sûr c'est qu'il continue de circuler dans la mesure où le taux d'incidence augmente depuis quelques semaines. "Il ne faut pas développer une psychose tempère Virginie. Si on a une distance de sécurité d'1 mètre /1,50 mètre, si on applique les gestes barrières correctement, il n'y a pas de problème." Des conseils qu'elle rappelle régulièrement sur la page Facebook Info conseil COVID19 qu'elle a créée depuis la mi-mars.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess