Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un cas de Covid-19 au centre de rééducation de Noth

-
Par , France Bleu Creuse

Un dépistage massif est en cours au centre de rééducation de Noth. Un patient a été testé positif au covid-19. Les 150 membres du personnel et les 36 patients ont donc été testés : aucun autre cas n'a été repéré. Une deuxième vague de tests aura lieu les 28 et 29 mai.

Le centre de rééducation André Lalande de Noth
Le centre de rééducation André Lalande de Noth - google maps (capture d'écran)

Un patient du centre de rééducation André Lalande de Noth a été testé positif au covid-19, le 20 mai. Depuis c’est le branle-bas de combat dans cet établissement, qui propose de la rééducation pour des personnes victimes d’AVC ou encore d’accidents de la route. Les 150 membres du personnel et les 36 patients viennent de participer à un dépistage massif. Pour le moment aucun autre cas n’a été repéré. 

Une deuxième vague de tests les 28 et 29 mai

Les autorités sanitaires vont organiser une deuxième vague de tests en fin de semaine, afin d'être sûres qu’il n’y a pas eu d’autre contamination. Le patient était arrivé début mai au centre de rééductation de Noth, mais c’est seulement le 20 mai, qu’il a été testé positif. Ce dépistage a été réalisé lors d’un transfert à hôpital de Guéret pour raison de santé. Actuellement, ce patient est toujours hospitalisé

La direction espère qu'il s'agit d'un cas isolé

Le médecin-directeur du site, Yves-André Vimont croise les doigts : "pour le moment, il s'agit d'un cas isolé. On n'est pas dans le cadre d'un cluster". Il assure que tous les gestes barrière sont respectés dans l’établissement. Le personnel et les patients doivent porter des masques depuis plusieurs semaines. Les visites sont aussi très contrôlées. "Si les résultats sont négatifs lors de la vague de prélèvements, ça prouvera que nos mesures barrières sont efficaces", assure-t-il. 

Comment ce patient a-t-il pu être contaminé?

Ce dépistage massif, coordonné par l'Agence Régionale de Santé a aussi un autre objectif: tenter de comprendre comment ce patient a contracté la maladie. 

Le centre André Lalande de Noth avait connu un premier cas, quelques jours avant cette affaire (le 16 mai). "Mais cette personne n’est restée que quelques heures à Noth", assure Yves-André Vimont, qui estime très peu probable que la contamination ait eu lieu à ce moment-là. L’ARS mène donc une enquête sur les intervenants extérieurs qu’a rencontrés le patient.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess