Santé – Sciences

A l'hôpital de La Rochelle, on lutte contre les troubles du sommeil

Par Nathan Mergy, France Bleu La Rochelle vendredi 17 mars 2017 à 8:00

L'une des trois chambres que compte l'unité du sommeil, avec l'ensemble du matériel qui sera fixé sur le corps du patient.
L'une des trois chambres que compte l'unité du sommeil, avec l'ensemble du matériel qui sera fixé sur le corps du patient. © Radio France - Nathan Mergy

Ce vendredi, c'est la Journée nationale du sommeil. Objets connectés, mauvaises habitudes ou pathologies plus graves perturbent les nuits de près de la moitié des Français. Pour y remédier, un centre spécialement dédié à ces troubles a été créé à l'hôpital St Louis de La Rochelle. Reportage.

Des dizaines de capteurs répartis sur la tête, le visage et le corps. Pour enregistrer les respirations, des sangles entourent le thorax et l'abdomen. Le patient va rester dans cette chambre pendant près de 24 heures. Depuis 2009, une dizaine de personnes – médecins, aides soignantes, infirmières – s'occupe de cette unité du sommeil à l'hôpital Saint Louis de La Rochelle.

Dans la majorité des cas, les patients qui se rendent au centre font ce que l'on appelle de l'apnée du sommeil. Ingrid Eymard est infirmière, elle y travaille depuis 4 ans « Les signes sont multiples. Ce sont des personnes dont le conjoint bien souvent se plaint de ronflements, qui peuvent faire de l'hypertension ou bien encore qui vont se réveiller le lendemain avec des maux de tête ». Tous ces signes ne signifient pas forcément que l'on fait de l'apnée du sommeil. « Il faut que cela soit répétitif sur plusieurs mois ».

24 heures d'observation

Tout est filmé et enregistré, de jour comme de nuit. Le patient arrive à 14 heures, il repart le lendemain midi. Chacune des trois chambres de l'unité a une caméra centrée sur le lit pour observer les mouvements et les réactions du patient. Mais dans la majorité des cas, à la sortie, Ingrid Eymard et ses collègues viennent rappeler quelques règles. « On leur donne surtout des conseils d'hygiène de vie. Finalement, ils ont souvent des mauvaises habitudes avec des chambres trop chauffées. Et puis, il y a tous ces écrans le soir, il faut éviter de s'endormir avec la télé ou le portable sous l'oreiller ».

Nombreux sont ceux, en tout cas, qui se plaignent de troubles la nuit. Cela se répercute sur cette unité du sommeil. « Nous avons trois mois d'attente pour un nouveau patient », constate Ingrid Eymard qui préconise une solution alternative: le faire à domicile, et c'est possible. Pour plus d'information, un stand vous accueille jusqu'à 17 heures dans le hall de l'hôpital Saint-Louis de La Rochelle.

Ingrid Eymard, l'une des infirmières du centre, analyse le tracé du dernier patient.  - Radio France
Ingrid Eymard, l'une des infirmières du centre, analyse le tracé du dernier patient. © Radio France - Nathan Mergy
Ils sont une dizaine - médecins, aides soignantes, infirmières - à s'occuper des trois patients qui viennent quotidiennement.  - Radio France
Ils sont une dizaine - médecins, aides soignantes, infirmières - à s'occuper des trois patients qui viennent quotidiennement. © Radio France - Nathan Mergy