Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un déconfinement trop rapide ? Géraldine Bannier, députée mayennaise de la majorité, assure que non

-
Par , , France Bleu Mayenne

Emmanuel Macron a détaillé jeudi les différentes étapes d'un déconfinement progressif. Des soignants et épidémiologistes mettent en garde contre un retour à la vie normale trop rapide. Géraldine Bannier, députée MoDem de la Mayenne, estime, pour sa part, que le pays a besoin de respirer.

Géraldine Bannier à l'Assemblée Nationale
Géraldine Bannier à l'Assemblée Nationale © Radio France

"C'est un soulagement, on a hâte de retrouver notre vie sociale" : Géraldine Bannier, la députée mayennaise de la majorité présidentielle, a ainsi réagi ce vendredi sur France Bleu Mayenne, au plan de déconfinement présenté par Emmanuel Macron. Le calendrier, par étapes, est raisonnable poursuit la parlementaire : "Il faut y aller progressivement pour voir si à chaque fois on peut aller plus loin, la situation sanitaire reste quand même fragile". 

On doit être aussi attentif à la situation psychologique des Français. - Géraldine Bannier sur France Bleu Mayenne

Emmanuel Macron a dévoilé jeudi un calendrier du déconfinement "en quatre étapes". Première étape lundi 3 mai : comme prévu, les restrictions de déplacement à 10 km du domicile seront levées, les collégiens et lycéens retrouveront les salles de classe. En revanche, le couvre-feu demeurera inchangé.  Il faudra attendre le 19 mai pour voir le couvre-feu repoussé à 21h. Ce sera aussi le retour des terrasses des bars et restaurants, avec 6 personnes par table maximum. 

Les commerces pourront aussi rouvrir à cette date, avec des jauges et protocoles adaptés, de même que les musées, cinémas et théâtres - dans la limite de 800 personnes en intérieur et 1.000 en extérieur. 

"Il faut prendre ce moment comme une respiration"

Troisième étape : le 9 juin, le couvre-feu sera décalé à 23h et les cafés et restaurants pourront rouvrir en intérieur - toujours avec six convives par table maximum. Enfin le 30 juin, à la veille des vacances, "fin du couvre-feu", a affirmé le chef de l'Etat. Il sera possible de participer à des événements de plus de 1.000 personnes, mais avec un pass sanitaire, c'est-à-dire un test négatif de moins de 72 heures ou un certificat d'immunité.  

Des professionnels de santé ont accueilli ce calendrier avec prudence, craignant une reprise de l'épidémie en cas de déconfinement trop rapide. 

Géraldine Bannier comprend cette position mais précise que le gouvernement doit aussi être attentif à la santé psychologique des Français : "La situation sanitaire est grave mais pour beaucoup de Français la période est dure, certains ne travaillent plus depuis des mois, d'autres ont des troubles psychologiques ou psychiatriques. Il faut prendre ce moment-là comme une respiration en étant bien conscient qu'on ne sait pas si ça va pouvoir durer. Il y a ces variants qui représentent une épée de Damoclès. On est dans une forme d'incertitude. Mais le pays a besoin de cette respiration".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess