Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cancer colorectal : moins d'un habitant sur deux concerné se fait dépister dans l'Yonne

mardi 6 mars 2018 à 20:08 Par Denys Baudin et Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

C’est l'un des cancers le plus mortels en France mais qui reste méconnu. Le cancer colorectal tue 18 000 malades chaque année et touche au total 45 000 personnes, presque autant d'hommes que de femmes. Dans l'Yonne, trop peu de personnes se font dépister.

Campagne de dépistage " mars bleu"
Campagne de dépistage " mars bleu" © Maxppp - Photo d'illustration

Auxerre, France

Plus il est diagnostiqué tôt, mieux il se soigne. C'est le cas dans 90 % des cas.  D'où l'importance pour les personnes de 50 à 74 ans de se faire dépister contre le cancer colorectal. Dans l'Yonne, un dépistage est organisé depuis 11 ans. Il s'agit maintenant d'un test gratuit, donné par son médecin traitant, à faire chez soi, tous les deux ans, et qui concerne 112 000 icaunais. Mais seulement 39 % s'y soumettent. Car le sujet est encore tabou.   

On fait l'autruche ! — Nicole Courtet de l'Aidec

Nicole Courtet est en charge de la promotion du dépistage à l'Association icaunaise de dépistage des cancers (Aidec) : "Les gens ont peur du résultat. Ils n'ont pas envie de faire une coloscopie. On fait l'autruche, d'ailleurs la première affiche de dépistage était une autruche. L'intestin c'est tabou, on le voit quand ont tient un stand d'informations, les gens passent au loin pour ne pas s'arrêter. Les blocages sont très forts."

Les blocages existent toujours confirme Azdine Filali, chirurgien digestif à l’hôpital d'Auxerre : "Les gens considèrent que c'est intime et n'osent pas. Quand il s'agit de la bouche, des oreilles ou de la prostate, ils y vont facilement."

Pourtant, le test de dépistage est très simple. C'est un petit bâtonnet qu'on plonge dans les selles et qu'on place dans un petit étui . L'enveloppe est déjà pré-timbrée à l'adresse du laboratoire et on reçoit le résultat quinze jours après.

Seulement 4 icaunais sur 10 de plus de 50 ans se font dépister

Il ne faut pourtant pas avoir peur explique Stéphane Cornélis, médecin à l'Aidec : "Dans 90% des test positifs il n' y a pas de cancer, mais il faut faire cette coloscopie." L'an dernier, environ 15 000 icaunais ont été dépistés pour 5% de résultat positif.  

L'opération "Mars bleu", un mois pour promouvoir le dépistage du cancer colorectal, se poursuit ce mercredi dans l'Yonne avec une journée d'informations à la polyclinique d'Auxerre de 10 heures à 16 heures 30. 

" il y a toujours des blocages"