Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un deuxième cas de Zika dans le Var met en lumière une découverte majeure

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Un deuxième cas de Zika a été diagnostiqué dans le Var, à 90 mètres du premier cas à Hyères. L'Agence régionale de santé parle d'un phénomène désormais passé, mais évoque la découverte majeure liée à ce deuxième cas autochtone.

Le moustique Aedes Albopictus désormais vecteur du Zika
Le moustique Aedes Albopictus désormais vecteur du Zika © Maxppp -

Hyères, France

L'Agence régionale de Santé a annoncé ce mardi la découverte d'un deuxième cas de Zika à Hyères, évoquant un "phénomène qui est désormais passé en terme de temporalité" mais qui met en lumière une découverte majeure sur le rôle de vecteur que peut finalement jouer le moustique tigre Aedes Albopictus, largement répandu en métropole. 

Ce deuxième cas a été diagnostiqué à 90 mètres du premier cas, dans le même quartier de Hyères, suite à l'enquête menée par les autorités sanitaires après la découverte du premier cas. Mais ce que révèlent ces deux cas est une première en Europe. "Ce que les scientifiques pressentaient en laboratoire a été confirmé par ces deux cas" indique Sébastien Debeaumont, le délégué départemental Var de l'ARS. 

Jusqu'à présent, le virus Zika n'était transmissible que par un moustique inconnu en métropole, Aedes Aegypti. C'est donc une patiente piquée par ce moustique à l'étranger qui est revenue contaminée par le Zika. 

À son tour elle a été piquée par notre moustique tigre. L'Aedes Albopictus a donc servi de vecteur et a transmis la maladie à un voisin. "Il nous faut comprendre la dynamique de ces deux cas pour l'avenir" poursuit Sébastien Debeaumont. 

"Ce qui est arrivé à Hyères peut arriver n'importe où."

Une enquête va être menée dès la mi-novembre auprès des habitants du quartier concerné afin de mieux comprendre. Une information à destination des professionnels de santé comme les gynécologues a par ailleurs été transmises afin qu'ils sensibilisent les femmes enceintes car "dans 7% des cas, le Zika peut engendrer des anomalies neurologiques et occulaires sur les fœtus et les nouveaux nés" détaille le Docteur Decoppet de l'ARS, qui précise néanmoins que "le risque de transmission par le moustique est terminé. Mais il reste encore quelques jours pour que la transmission par voie sexuelle prenne fin. Nous prenons donc en considération ce risque".

"Nous sommes face à un enjeu de santé public car 51 départements de métropole sont concernéspar ce moustique tigre. C'est un combat qui implique tout le monde. Ce qui est arrivé à Hyères peut arriver n'importe où. Il suffit d'un bouchon de bouteille d'eau renversé pour que les larves y soient pondues. Tout ce qui est réserve d'eau est à combattre. Chacun est responsable", conclut Sébastien Debeaumont.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu