Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un exosquelette pour diminuer les accidents de travail au technicentre SNCF de Saint-Pierre-des-Corps

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Six accidents nécessitant un arrêt de travail depuis le début de l'année au technicentre SNCF de Saint-Pierre-des-Corps, un bilan qui, sans être exceptionnel, reste alarmant. Pour parer à ces dangers, le centre a acheté un exosquelette censé réduire les efforts fournis au quotidien.

Illustration. L'exosquelette se porte comme un sac à dos.
Illustration. L'exosquelette se porte comme un sac à dos. - DR

Saint-Pierre-des-Corps, France

La situation n'est pas inhabituelle mais reste inquiétante. Le nombre d'accidents de travail au technicentre de Saint-Pierre-des-Corps est élevé : déjà six depuis le début de l'année. L'objectif : ne pas dépasser les douze d'ici à la fin 2019. 

Dans le viseur de la SNCF : les TMS, les troubles musculo-squelettiques. Ces petites douleurs quotidiennes qui peuvent compliquer la vie. 80 % des employés du technicentre seraient susceptibles d'être atteints de TMS. 

Un compteur d'accidents à l'entrée du technicentre - Radio France
Un compteur d'accidents à l'entrée du technicentre © Radio France - Théophile Pedrola

Un sac à dos de 1,9 kilo à 4 900 euros

Pour parer à ce fléau, un exosquelette a été acheté. Il s'enfile comme un sac à dos, doté de bras en acier qui viennent s'accrocher aux bras des employés. Poids : moins de deux kilos. Prix d'achat : près de 5 000 euros. Avec un système de ressorts, il permet de soutenir le bras lorsqu'il est gardé en l'air, comme cela arrive souvent au technicentre. 

"On compense le poids du bras, on n'augmente pas l'humain, on l'aide" Véronique Touchard, ergologue de la SNCF

_"On peut garder les bras en l'air pendant vingt minutes, au lieu de trois habituellement", explique Véronique Touchard, ergologue de la SNCF à Saint-Pierre. "On compense le poids du bras, on l'aide à maintenir une position qui est inconfortable."_ L'exosquelette vient d'arriver, il a été livré la semaine dernière. Les premiers à le tester ont été les membres de l'équipe électrique. "Ils ont fait leurs tâches habituelles, on a mesuré l'activité électrique du muscle et leur fréquence cardiaque. _Sans l'exosquelette, le muscle travaille à 95%, avec, il travaille à 50%_. Je peux donc travailler plus longtemps sans pathologie ni douleur." détaille la spécialiste. 

Une manière également d'augmenter la productivité. Pour l'instant, la SNCF assure qu'il n'est pas question de demander plus de travail aux employés équipés. Deux nouveaux exosquelettes devraient être livrés au technicentre d'ici à la fin du mois de juin. 

Le reportage au technicentre SNCF