Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un fauteuil médical connecté toulousain au CES de Las Vegas

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La start-up toulousaine Hygia présente un fauteuil médical connecté et une application au salon de l'électronique de Las Vegas qui se tient du 7 au 10 janvier. L'idée est de faire gagner du temps aux professionnels de santé et de proposer une sorte de carnet de santé numérique pour les patients.

Le stand de la start up toulousaine Hygia au CES de Las Vegas
Le stand de la start up toulousaine Hygia au CES de Las Vegas - Hygia

Des Toulousains à Las Vegas. Les membres de la start-up Hygia sont au salon de l'électronique Consumer Electronics Show (CES), qui se tient du 7 au 10 janvier. Ils y présentent un fauteuil médicalisé connecté, relié à une application qui elle est une sorte de carnet de santé interactif.

Gain de temps ?

Hygia a fait un constat : en moyenne, les Français vont voir leur médecin généraliste 4 à 5 fois par an et voient leur médecin 15 à 16 minutes. Et ce alors qu'entre 2007 et 2027 on aura 20% de médecins généralistes en moins et que sur la même période, la population devrait augmenter de 10 %. L'idée est donc de mieux suivre les patients et de faire gagner du temps aux médecins. Mais lorsqu'on demande à Eric Ormière, directeur des opérations, les minutes "économisées", il répond très honnêtement : "On estime que cela peut faire gagner deux ou trois minutes, mais ce n'est pas seulement cela qui est important. Ce qui est important c'est que le patient s'implique dans la gestion de sa santé et on imagine une relation avec le médecin un peu différente." 

En quoi alors ? D'abord, dans le suivi du patient en lui même. Le patient peut indiquer les symptômes qu'il ressent sur une application téléchargeable sur smartphone (gratuitement), et cela sera transmis à son médecin, mais il peut aussi scanner ses ordonnances, indiquer ses vaccinations ou ses allergies et retrouver ses précédentes consultations sur une "timeline".

L'application d'Hygia demande au patient de géolocaliser sa douleur (en fond : le fameux fauteuil connecté)
L'application d'Hygia demande au patient de géolocaliser sa douleur (en fond : le fameux fauteuil connecté) © Radio France - Clémence Fulleda

Un fauteuil connecté

Outre l'application, Hygia a donc conçu un fauteuil connecté. Il permet, en moins de cinq minutes, au patient de prendre lui-même sa tension, sa température, son rythme cardiaque, d’avoir sa saturation en oxygène et de connaître son poids. Un petit écran, accolé au fauteuil, le guide dans les différentes étapes. Les données récoltées ne s'affichent pas, elles sont transmises au médecin qui les analyse et les interprète. "On ne veut pas se substituer au praticien", explique Eric Ormière.

Ces fauteuils et l'application devraient être mis en service à l'été 2020. L’objectif est d’équiper d’ici à 2025, 15.000 médecins, maisons de retraite ou pharmacie.

Par ailleurs, la start-up précise que les données sont sécurisés et qu'elle n'a pas le droit de les vendre (par exemple à un fabricant de produits pour maigrir), parce que c'est tout simplement interdit en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess