Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un appareil ultra sophistiqué pour mieux dépister les cancers au CHRU de Brest, une première mondiale

jeudi 10 janvier 2019 à 16:40 - Mis à jour le jeudi 10 janvier 2019 à 17:52 Par France Bleu Breizh Izel, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique et France Bleu

C'est une première mondiale. Le CHRU de Brest s'est doté d'un instrument d'imagerie ultra-performant. Il détecte, en quelques minutes, les anomalies du corps humain comme des tumeurs. Un gain de temps et de précision très important pour le diagnostic et le traitement de certaines pathologies.

Ce TEP est le premier au monde à être mis au service des patients, au CHRU de Brest.
Ce TEP est le premier au monde à être mis au service des patients, au CHRU de Brest. © Radio France - Amélie Beaucour

Brest, France

Détecter plus rapidement et plus précisément les tumeurs, c’est la prouesse d’un nouvel instrument d’imagerie : le TEP (pour Tomographe par Émission de Positons) dont vient de se doter le CHRU de Brest. 

S'il est déjà installé dans certains hôpitaux à des fins de recherches, c’est la première fois au monde qu’un appareil aussi sophistiqué est mis au service des patients.  

Une révolution médicale

Composé d’un lit et d’un tunnel, similaire à un scanner ou une IRM, ce TEP est arrivé en octobre au service de médecine nucléaire de l’hôpital Morvan. Sa technologie n’est pas nouvelle. Elle est utilisée depuis les années 2000 en cancérologie ou en neurologie. Mais ce nouveau modèle est entièrement numérique. 

“L'évolution est comparable au passage du tube cathodique analogique de nos anciennes télévisions, à un écran plat ultra haute définition” — Professeur Pierre-Yves Salaün

Difficile pour le commun des mortels de réaliser l'avancée technologique qu'il représente. Mais pour le professeur Pierre-Yves Salaün, chef du service de médecine nucléaire du CHRU, l'évolution "est comparable au passage du tube cathodique analogique de nos anciennes télévisions, à un écran plat ultra haute définition”. 

Un gain de précision

La résolution des images est si fine qu’elle permet de détecter ce qui cloche à un stade précoce. On évite ainsi d'attendre que la maladie se développe. "Plus on dépiste tôt des récidives ou les anomalies, plus on pourra proposer un traitement rapidement " explique le professeur Pierre-Yves Salaün

Un examen plus rapide

Une avancée majeure pour la médecine mais également pour les patients. Plus question d’attendre 45 minutes allongé dans un tunnel, comme l’imposaient les TEP du début des années 2000. Grâce à la technologie de pointe élaborée par le fabricant Siemens, 8 minutes suffisent à obtenir des images très précises des dysfonctionnements de l’organisme.