Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un laboratoire de Nancy et l'Institut Pasteur de Paris s'unissent pour tester 30 molécules contre le Covid

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

En tout, trente molécules potentiellement efficaces contre le coronavirus viennent d'être sélectionnées par le laboratoire nancéien Harmonic Pharma. Elles seront prochainement testées les unes après les autres en collaboration avec le célèbre Institut Pasteur de Paris.

Au total, trente molécules vont être testées à l'Institut Pasteur de Paris
Au total, trente molécules vont être testées à l'Institut Pasteur de Paris © Maxppp - Guillaume Georges

La recherche avance pour trouver un remède contre le coronavirus. Dès le 30 mars dernier, France Bleu Sud Lorraine vous parlait du travail d'Harmonic Pharma, ce laboratoire nancéien mettant à disposition des scientifiques l'ensemble de sa banque de données. Son objectif : trouver parmi 10.000 molécules, celle qui pourrait éradiquer le virus.

Trente molécules "potentiellement efficaces"

Après trois semaines de recherches, une étape importante vient d'être franchie : trente molécules potentiellement efficaces contre le Covid-19 ont été sélectionnées. "Nous avons également choisi celles qui présentent une bonne tolérance chez l'homme, détaille Sinan Karaboga, directeur scientifique chez Harmonic Pharma. On a porté un intérêt particulier à sélectionner celles qui n'ont pas d'effet secondaire. Nous sommes très contents d'avoir avancé sur ce sujet."

Maintenant, il s’agit de tester ces trente molécules, les unes après les autres. Pour cela, le laboratoire meurthe-et-mosellan peut compter sur un partenaire de choix : l'institut Pasteur de Paris. "Cela se fera grâce à des tests in vitro, poursuit le docteur en chimie-biologie. On prend des cellules infectées par le Covid-19 et on les met en présence du nouveau médicament parmi les trente. Ensuite, on regarde si la charge virale baisse ou augmente. C'est le fameux test PCR dont tout le monde parle."

Résultats attendus dans un mois

Les molécules vont ensuite être classées en fonction de leur capacité à diminuer l'infection du virus dans la cellule. Celle qui aura le meilleur effet sera potentiellement sélectionnée pour aller plus loin, notamment pour des tests cliniques.

"On espère trouver quelque chose d'intéressant pour nous aider à avoir un arsenal thérapeutique contre ce virus. On l'espère, bien sûr," conclut Sinan Karaboga.

Les résultats de ces tests sont attendus d'ici un mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess