Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un "Loft Story" version scientifique à Montpellier

mardi 26 juin 2018 à 7:11 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

Trois étudiants volontaires vont vivre dans un appartement hyper connecté sous l’œil de chercheurs à Montpellier. Pas de caméras comme pour la télé-réalité, mais des capteurs partout. L'expérience va durer trois ans, le but étant d'imaginer l'appartement du futur.

3 étudiants volontaires vont vivre dans un appartement connecté (illustration)
3 étudiants volontaires vont vivre dans un appartement connecté (illustration) © Maxppp -

Montpellier, France

Aucune caméra dans cet appartement montpelliérain, mais des capteurs partout : sur la porte d'entrée, le réfrigérateur, les robinets... Et grâce aux données recueillies pendant trois ans par ces capteurs, les chercheurs auront accès à une somme considérable d'informations. 

Ils sauront par exemple quelle pièce de l'appartement est la plus fréquentée et à quel moment. Avec le frigo intelligent, ce sont les habitudes alimentaires qui sont ciblées. On peut aussi imaginer un capteur dans la boîte aux lettres pour être prévenu quand il y a du courrier. Pareil sur le parking, pour savoir si des places sont libres. Le but est d'anticiper ce que sera le logement du futur. 

Et pourquoi pas tout un quartier connecté ?

Les trois étudiants qui feront office de "cobayes" à partir de la rentrée prochaine sont évidemment volontaires et en échange, ils ne payent pas de loyer. L'endroit où il vont vivre est tenu secret pour ne pas compromettre l'expérience, pour coller le plus possible à la réalité.  

Toutes les données collectées seront centralisées à la Métropole de Montpellier qui finance à hauteur de 700.000 euros ce projet dont le budget se monterait à 10 fois plus. 14 équipes de chercheurs ont planché sur cette expérience. Des scientifiques du CNRS, de l'Université de Montpellier, des entreprises et même des juristes pour veiller aux questions éthiques. 

Cette expérience commence donc à l'échelle d'un appartement mais pourrait être menée, ensuite, sur un immeuble connecté et pourquoi pas sur tout un quartier connecté ?