Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Un médecin de Saulnot en Haute-Saône vend son cabinet sur le Bon coin mais ne trouve pas preneur

lundi 5 décembre 2016 à 8:59 Par Thierry Campredon et Jules Brelaz, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu

Neuf mois après avoir proposé sur le Bon coin de céder gratuitement son cabinet à Saulnot en Haute-Saône, le docteur Patrick Laine n’a toujours pas trouver preneur, une nouvelle illustration des difficultés pour les communes rurales d'attirer des médecins

Le docteur Patrick Laine cède gratuitement son cabinet médical mais ne trouve pas preneur
Le docteur Patrick Laine cède gratuitement son cabinet médical mais ne trouve pas preneur © Maxppp - maxppp

Héricourt, France

"Cession gracieuse d’un cabinet médical". L’annonce surprenante parue en mars dernier sur le Bon coin n’a pas porté ses fruits. A 66 ans, le docteur Patrick Laine se retrouve donc toujours avec son cabinet sur les bras "je n’ai aucun contact depuis neuf mois, et même en faisant appel à un réseau italien du Val d’Aoste, je n’ai aucun retour non plus, c’est inimaginable, ça dépasse mon entendement".

Travailler 12 heures par jour, ça peut faire peur"

Et pourtant l’annonce avait de quoi susciter de l’intérêt, le docteur Laine propose en effet de céder gratuitement son cabinet, sa patientèle et son matériel médical, mais il faut croire que travailler dans un village de 800 habitants en milieu rural ne fait pas rêver les jeunes médecins. "Les médecins de ma génération ne rechignent pas sur le travail. Mais c’est vrai que aujourd’hui travailler minimum 12 heures par jour ça doit faire peur. J’ai même proposé de diviser ce temps de travail entre deux médecins, mais je n’ai pas plus de succès"

Il y a urgence car on va dans le mur"

Pour attirer les médecins, certaines communes n’hésitent plus à déployer les grands moyens. C’est le cas par exemple à Héricourt, le conseil municipal va proposer ce lundi soir, de distribuer des bourses aux étudiants en médecine pour qu'ils viennent ensuite s'installer dans la commune. Une vraie fausse bonne idée selon le docteur Patrick Laine : "je ne suis pas sûr que ce soit la solution car il faut dix ans pour faire un médecin, si aujourd’hui une commune finance les études d’un médecin, ça nous reporte à 2027, et aujourd’hui il y a urgence". Le problème est avant tout politique estime le docteur Laine : "si on imposait à un jeune médecin dont les études ont été payées par le contribuable de venir boucher les trous, ne serait-ce que pendant un an, une grande partie des problèmes serait réglée".

Le docteur Patrick Laine ne trouve personne pour reprendre son cabinet à Saulnot

Une course à l’échalote dangereuse

Le docteur Michel Bouvard est le président du conseil de l’ordre des médecins dans le Territoire de Belfort. Il comprend la tentation des communes de tout faire pour attirer les médecins, mais s’inquiète d’une possible surenchère de la part des jeunes médecins

Le docteur Michel Bouvard, président du conseil de l'ordre des médecins dans le Territoire de Belfort