Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Un Mosellan bloqué à Wuhan en pleine épidémie de coronavirus

Didier Hiéronimus, salarié de PSA originaire de Moselle, vit depuis dix ans en Chine, où il a fondé une famille. Il attend le feu vert des autorités chinoises pour permettre à sa femme et son bébé de rentrer en France.

Le Japon a été l'un des premiers pays à rapatrier ses ressortissants vivant à Wuhan, en Chine
Le Japon a été l'un des premiers pays à rapatrier ses ressortissants vivant à Wuhan, en Chine © Maxppp - FRANCK ROBICHON

Depuis une semaine, Didier Hiéronimus et sa famille vivent reclus chez eux, à Wuhan, 11 millions d'habitants dans le centre de la Chine, là où le coronavirus est apparu en décembre 2019.  Les enfants, une petite fille de 5 ans et un bébé de 6 mois, ne sortent plus. Les parents, Didier et son épouse chinoise, ne sortent que pour faire quelques courses. La ville tourne au ralenti, sans transports en commun. L'épidémie a déjà touché, selon le bilan datant de ce mardi 28 janvier, près de 6.000 personnes, dont 132 sont décédées.

Hôpitaux surchargés

Dans ces conditions, Didier Hiéronimus souhaite rentrer en France avec sa famille, pour mettre ses enfants à l'abri. Ca ne serait qu'un départ provisoire. "On n'est pas dans une démarche de fuite, on ne se sent pas angoissés et on est totalement libres de rester ou de partir." Mais par précaution, le couple souhaite éloigner ses enfants du foyer de l'épidémie : "Nous dépendons du système de santé chinois, et si nos enfants venaient à tomber malade, d'une maladie infantile classique, ou tout bêtement pour le renouvellement d'un vaccin pour notre petit, nous devrions aller à l'hôpital. Or _les hôpitaux sont surchargés, et le risque de rencontrer une personne contaminée par le virus est très très important_".

No man's land administratif

Didier Hiéronimus, salarié de PSA, peut donc être rapatrié par les autorités françaises... Mais pas son épouse : en Chine, aucune disposition ne précise les conditions de départ à l'étranger des conjoints chinois de ressortissants français. La cellule de crise du ministère français des Affaires étrangères suit le dossier de près. Didier Hiéronimus est confiant. "Je n'ai aucune information sur le point de blocage : les autorités redoutent peut-être une polémique par rapport aux autres citoyens chinois contraints de rester à Wuhan, dans la zone de confinement".

Il y a aussi la question des enfants du couple : ils ont un passeport français, mais étant nés de mère chinoise en Chine, ils ne peuvent pas quitter le pays avec leur seul passeport : il leur faut une autorisation de sortie du territoire. Un document simple à obtenir, l'aînée du couple le possède. Mais pas le bébé, âgé de seulement 6 mois : le couple n'a pas encore eu le temps de le demander. Or la Chine est en pleines festivités du Nouvel An, les administrations sont donc en congés. Pour l'instant, la situation est bloquée.

Et après ?

Hors de question, pour Didier Hiéronimus, de partir sans sa femme et son bébé. Si les autorités chinoises donnent leur feu vert, la famille sera retenue 14 jours sur le sol français, afin de surveiller tout début de symptôme du coronavirus. Didier Hiéronimus viendrait ensuite en Moselle, où sa femme et ses enfants seraient hébergés par sa famille dans la région de Morhange. Il verra ensuite avec son employeur, PSA, s'il peut se rendre utile sur les usines de Sochaux ou Mulhouse, dans lesquelles il a déjà travaillé par le passé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess