Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un nouveau cas de cancer pédiatrique dans le Pays de Retz

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Dans le Pays de Retz, au sud de Nantes, le collectif "Stop aux cancers de nos enfants" en appelle à Emmanuel Macron après la découverte d'un 22ème enfant atteint d'un cancer dans le secteur. Le collectif estime "qu'il faut que ça bouge" lors d'une conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi.

Marie Thibaud la porte-parole du collectif aux côtés de parents d'enfants malades ou inquiets de la situation
Marie Thibaud la porte-parole du collectif aux côtés de parents d'enfants malades ou inquiets de la situation © Radio France - Anne Patinec

Il s'agit cette fois d'un enfant de quatre ans vivant à Machecoul dont la maladie, une leucémie, a été détectée le mois dernier. Selon le Collectif "Stop aux cancers de nos enfants", c'est le 22 ème cas  (âgés jusqu'à 19 ans) signalé dans le Pays de Retz depuis 2015. L'Agence Régionale de Santé, qui ne prend pas en compte les même critères d'âge, en a totalisé 11. Et selon le collectif, "il ne se passe pas six mois sans qu'un nouveau cas soit déclaré." "On ne peut pas baisser les bras alors qu'un enfant de 4 ans vient de déclarer une leucémie et que trois autres ont fait une rechute cet été" résument les parents du Collectif. Ils lancent un appel à Emmanuel Macron pour que les choses bougent.

Les enfants continuent de tomber malades,  les enfants continuent de mourir mais il n'y a personne pour les protéger. Des petits qui déclarent des cancers, ça veut dire qu'il y a toujours un problème sur le secteur.  Est-ce que M Macron pourrait créer quelque chose pour défendre les enfants malades? On attend qu'il y ait vraiment une réaction largement au-dessus, qu'ils  créent une administration, une institution, ils appellent ça comme ils veulent mais quelque chose qui va venir faire de la recherche. " Marie Thibaud fondatrice du collectif

Attente d'informations

Les autorités de santé ont mené des investigations l'an dernier mais les recherches n'ont pas permis de découvrir de cause commune à ces maladies. Les parents dénoncent une forme d'omerta. Ils attendent toujours le registre des cancers pédiatriques survenus en Loire Atlantique depuis 2005. Ils n'ont toujours pas eu les résultats des dernières analyses d'air dans l'école de Sainte-Pazanne où plusieurs enfants ont été malades. Une réunion du comité de suivi est prévue mardi prochain (22 septembre) à Nantes.

Poursuite des analyses

Alors, avec l'aide de laboratoires et de chercheurs, ils multiplient les analyses, convaincus que leurs enfants sont victimes d'un cumul de facteurs d'exposition. Des analyses des cheveux montrent une présence de métaux lourds supérieures chez les malades. Ils s'inquiètent des pesticides et des perturbateurs endocriniens retrouvés en quantité importante dans leurs domiciles. Une analyse poussée du réseau d'eau est en cours avec le distributeur . Les parents s'interrogent aussi sur les éoliennes et les champs électromagnétiques qu'elles génèrent. L'apparition de cancers il y a cinq ans coïncide avec l'installation d'une vingtaine d'éoliennes terrestres dans le secteur. Ils s'opposent au projet de futures implantations programmées prochainement afin de "ne pas rajouter du risque au risque".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess