Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un nouveau cas de tuberculose à Smarves près de Poitiers ?

vendredi 4 mai 2018 à 11:51 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou et France Bleu

Un an après la mort d'un enfant de l'école maternelle de Smarves des suites de la tuberculose, la maladie continue de sévir dans la commune. Un enfant de 3 ans fréquentant la même école maternelle où la bactérie a fait sa première victime serait lui aussi porteur de la maladie.

Illustration : Un test cutané anti-tuberculose effectué par un professionnel
Illustration : Un test cutané anti-tuberculose effectué par un professionnel © Radio France - Philippe Pauchet

Poitiers, France

Ce serait donc le dixième cas avéré en un an. Avec cette particularité ici, c'est que cet enfant avait en janvier dû être hospitalisé pour une pneumopathie. Vu le contexte sanitaire à Smarves, un test de dépistage de la tuberculose a été pratiqué. Test négatif. Mais le 18 avril dernier, le pédiatre constatant la persistance de certains symptômes décide de faire un scanner de l'enfant. Et les images ont révélé des signes similaires à une tuberculose.

Une nouvelle campagne de dépistage d'ici la fin du mois

Est ce à dire que la bactérie est toujours active au sein de l'établissement scolaire ? Impossible à dire pour l'instant mais ce qui surprend, c'est que toutes les personnes qui fréquentent l'établissement ont fait ces derniers mois l'objet d'un dépistage et aucun cas contaminant n'a été relevé. Cette nouveau suspicion interroge donc et a provoqué un choc dans la commune, selon le maire Philippe Barrault, "car on pensait en avoir terminé". L'agence régionale de santé, annonce qu'elle va par précaution mettre en place une nouvelle campagne de dépistage à destination des enfants et des adultes de l'école maternelle. Celle ci devrait débuter avant la fin du mois de mai.