Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un nouveau centre dentaire à Amiens pour lutter contre la désertification médicale

lundi 25 mars 2019 à 20:04 Par Laurine Benjebria, France Bleu Picardie

Un nouveau centre dentaire a ouvert ses portes à la fin du mois de février en plein centre-ville d'Amiens. Deux chirurgiens-dentistes à temps plein venus du Portugal, quatre assistantes dentaires y travaillent. Et leur carnet de rendez-vous est déjà plein.

La vitrine du nouveau centre dentaire Dentego à Amiens
La vitrine du nouveau centre dentaire Dentego à Amiens © Radio France - Laurine Benjebria

Amiens, France

Obtenir un rendez-vous chez le dentiste n'est pas une mince affaire dans la Somme. Les dentistes sont débordés. Les malades patientent jusqu'à plusieurs mois pour avoir un rendez-vous. Le groupe privé Dentego a donc vu le filon et a choisi d'y implanter un centre dentaire, son quatrième dans les Hauts-de-France (Lille, Tourcoing et Roubaix). Le nouveau centre dentaire a ouvert ses portes à la fin du mois de février en plein centre-ville amiénois, près du Beffroi. A peine un mois après son ouverture, les rendez-vous se multiplient et une liste d'attente est déjà en place.

Un manque criant de chirurgiens-dentistes

La Somme manque de chirurgiens-dentistes. "En moyenne en France, vous avez 66 praticiens pour 100.000 habitants en moyenne, dans la Somme nous sommes à 33 pour 100.000" dénonce Gilles Melon, le président du conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes de la Somme. Pour lutter contre cette désertification médicale, le groupe privé Dentego a décidé d'ouvrir l'un de ses centres rue Saint-Martin-aux-Waides à Amiens : 300m², huit cabinets, trois chirurgiens-dentistes, quatre secrétaires dentaires, une responsable et une chargée d'accueil.

A l'accueil, le téléphone n'arrête pas de sonner avec une vingtaine de rendez-vous par jour - Radio France
A l'accueil, le téléphone n'arrête pas de sonner avec une vingtaine de rendez-vous par jour © Radio France - Laurine Benjebria

Le groupe privé a fait appel à deux praticiens portugais encadrés par un praticien qui officie la moitié de son temps à Amiens et l'autre moitié à Paris. "L'équipe est en train de s'étoffer petit à petit" annonce James Cohen, directeur de Dentego France.

Dentego met également en avant sa politique d'accessibilité en termes de tarifs : "tiers payant, sécurité sociale et mutuelle sont pratiquées, c'est-à-dire qu'il y a une dispense d'avance des frais pour le patient tant sur les soins conservateurs que sur les soins prothétiques" explique James Cohen. Par exemple, pour un implant et sa couronne, il faut compter près de 1.300 euros. Pour s'assurer de ces tarifs, le groupe mise sur une répartition des tâches entre chaque corps de métier. "En tant qu'assistante dentaire, on s'occupe exclusivement du fauteuil, de la stérilisation et de nos praticiens ; on n'est plus à l'accueil en train de gérer les appels, les prises de rendez-vous" se réjouit Mélissa Slama.

Un des huit cabinets dentaires - Radio France
Un des huit cabinets dentaires © Radio France - Laurine Benjebria

Déjà une liste d'attente pour les rendez-vous

Le centre est ouvert uniquement la semaine de 9h à 19h . Pour prendre rendez-vous, un coup de fil ou un clic sur internet. De quoi séduire un grand nombre de Picards. "Il y a une demande de patients qui est extrêmement forte et on essaie de répondre aux demandes urgentes de la manière la plus rapide qui soit" explique James Cohen. En à peine un mois, une liste d'attente a été mise en place et il faut patienter trois semaines.

Pour le conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes, il ne faut pas crier victoire pour autant. Ce centre ne résoudra pas les problèmes issus du désert médical. Le milieu rural demeure isolé et à Amiens, une concurrence s'installe. "Les confrères qui sont installés autour ça les inquiète forcément : eux ont des cahiers de rendez-vous surchargés et donc ne peuvent pas répondre rapidement aux malades et là le centre a forcément plus de facilités" note Gilles Melon.