Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un Oléronais demande réparation à l'Etat suite à un vaccin contre l'hépatite B

lundi 2 avril 2018 à 20:17 Par Antoine Miailhes, France Bleu La Rochelle

Un Oléronais de 61 ans a la sclérose en plaques. Pour lui, pas de doute, c'est lié à son vaccin contre l'hépatite B, fait dans les années 90. Vaccin obligatoire pour pouvoir travailler dans un centre pour personnes aveugles. Le tribunal administratif de Poitiers tranche cette semaine.

Le rappel des vaccins est obligatoire pour tout salarié qui travaille dans un établissement de santé.
Le rappel des vaccins est obligatoire pour tout salarié qui travaille dans un établissement de santé. © Maxppp - Maxppp

Charente-Maritime, France

Lorsqu'il est embauché en tant qu'ouvrier dans un institut médical pour personnes aveugles, cet habitant de Saint-Georges-d'Oléron doit immédiatement faire un rappel de tous ses vaccins.  Une loi datant de 1991 impose en effet aux agents qui travaillent dans un établissement de santé d'être à jour en terme de vaccination. Il s’exécute et quelques mois plus tard, les ennuis commencent. 

Il y a bien un lien entre le vaccin et le développement de la maladie

Les premiers symptômes de la sclérose en plaques apparaissent rapidement : brûlures au niveau des membres inférieurs, engourdissement, perte de l'équilibre.  Son cas s’aggrave en 1999, il doit donc quitter son travail car il ne peut plus marcher et doit se déplacer en fauteuil roulant.  Depuis l'homme est devenu tétraplégique, a dû déménager en Bretagne dans une maison adaptée à son handicap.
Selon son avocate, Gisèle Mor, cela ne fait aucun doute " il y a bien un lien entre le vaccin et le développement de la maladie ". Si la justice met de nouveau en cause le vaccin contre l'hépatite B ce ne sera pas une première.  Au mois de février, le tribunal de Bordeaux a condamné le laboratoire Sanofi suite à une plainte d'un patient souffrant d'une sclérose en plaques. 

Ce sont des problèmes liés à l'individu

"Ces cas sont loin d'être isolés" rajoute Gisèle Mor, mais pour Sarah Longé, médecin généraliste à l'hôpital de La Rochelle, "Il ne faut pas faire de quelques histoires, une généralité, car s'il y a eu des cas de complications, c'est avant tout lié à l'état de santé des personnes qui se sont faites vacciner". Pourtant, les Français sont très méfiants à l'égard des vaccins. En 2016, une étude publiée par l'Organisation Mondiale de la Santé a révélé que 41% d'entre eux estimaient que les vaccins contenaient des produits toxiques pour la santé. Une méfiance d'après Sarah Longé "liée à la médiatisation des quelques cas de complications" qui restent selon elle "très isolés".