Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un parasite rend malade des habitants de Grasse qui s'inquiètent sur la consommation d'eau du robinet

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Un parasite sévit autour du bassin Grassois et Antibois, à l'ouest du département. Il infecte le tube digestif et provoque des diarrhées sévères. L'agence régionale de Santé a compté une quarantaine de cas depuis le 7 octobre. Des analyses sont en cours, notamment au niveau des canalisations d'eau.

Illustration eau du robinet
Illustration eau du robinet © Maxppp - SIMON DAVAL

Grasse, France

La cryptosporidiose est en parasite connu des services de santé. Il affecte le tube digestif et a été identifié à l'ouest des Alpes-Maritimes ces dernières semaines, au moins 38 personnes ont été touchées. Les malades se plaignent de crises de diarrhées et de fortes douleurs abdominales. Sur Facebook, des dizaines d'habitants de Grasse et des alentours décrivent leurs symptômes et s'inquiètent, ils pensent être tombés malades après avoir bu l'eau du robinet. Des supermarchés ont vendu de l'eau en bouteille en plus grande quantité la semaine dernière.

Jenny habite à Opio, à une quinzaine de minutes de Grasse, elle a été malade pendant une semaine

Olivia habite le quartier Saint-Jacques à Grasse

L'Agence régionale de santé enquête pour déterminer l'origine de ce parasite. Des analyses sont en cours sur les sources en eau potable et les canalisations, dont les résultats seront connus mardi après-midi. L'ARS précise dans un communiqué que "la contamination de l'homme se fait soit par contact direct avec un animal ou un humain porteur du parasite présent dans présent dans les selles soit de façon indirecte par consommation d'eau ou d'aliments contaminés."

Le professeur Pierre Marty est chef du service de parasitologie au CHU de Nice. Il explique qu'à l'origine ce parasite touche les animaux, les veaux ou les chevreaux. Il est possible que des excréments de bêtes malades aient souillé le sol. Avec les fortes pluies de ces dernières semaines, la terre a pu être contaminée, si des agriculteurs élèvent par exemple ces animaux près de cultures potagères, les légumes consommés crus peuvent transmettre le parasite.

Une eau contaminée peut aussi être à l'origine de ces diarrhées. Des travaux ont-ils pu altérer les réseaux d'eau ? Le maire de Grasse répond que non, selon les premières analyses de l'ARS. "La production et la distribution de l'eau potable ne présentent aucune anomalie. Il n'y a pas de mesures de restrictions de la consommation de l'eau du robinet. Des personnes sont touchées sur plusieurs bassins de vie, il n'y a pas que l'eau distribuée par le canal du Foulon."

Jérôme Viaud, le maire de Grasse

Mi-septembre des travaux de renouvellement de canalisations ont démarré autour du canal du Foulon qui alimente en eau les villes de Grasse, le Bar-sur-Loup, Châteauneuf, Gourdon, Mouans-Sartoux, Opio, Roquefort-les-Pins, le Rouret et Valbonne.…840 mètres linéaires de tubes d’acier remplaceront les anciennes canalisations. Certains habitants se demandent si le problème vient de là. 

Le service parasitologie du CHU de Nice déconseille pour le moment l'eau du robinet aux personnes fragiles, immunodéprimées, âgées et aux nourrissons, le temps qu'on obtienne les résultats d'analyses. En cas de diarrhée persistante, vous pouvez consulter votre médecin traitant afin d’effectuer d’éventuelles analyses de selles, si le parasite est détecté, un service infectiologie de l'hôpital de Nice, Cannes, Antibes ou Grasse peut vous traiter. 

Le professeur Pierre Marty, chef du service de parasitologie au CHU de Nice

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu