Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vers des remboursements plus rapides et plus simples pour les soins des Alsaciens en Allemagne

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Après un bel exemple de coopération et la prise en charge de patients alsaciens en Allemagne au début de l'épidémie de Covid, la France veut approfondir les échanges en matière de santé. Et faciliter la vie des frontaliers au quotidien.

Il y a plusieurs semaines d'attente pour passer une IRM à Strasbourg, contre quelques jours d'attente seulement à Kehl.
Il y a plusieurs semaines d'attente pour passer une IRM à Strasbourg, contre quelques jours d'attente seulement à Kehl. © Radio France - Laurent Vareille

Le Centre européen de la consommation de Kehl tire la sonnette d'alarme depuis plus de 15 ans : en matière de santé, il faut faire plus d'efforts pour accentuer la coopération transfrontalière. L'IRM est un exemple emblématique. "Plusieurs semaines d'attente pour avoir un rendez-vous côté français, quelques jours seulement côté allemand", soupire Christian Tiriou, responsable de projet. "Mais pour obtenir un remboursement, il faut demander une autorisation préalable auprès de la CPAM." La réponse n'est pas toujours positive et la démarche peut prendre du temps. "Tout ça est une question de volonté : il faut une volonté politique, une volonté administrative, une volonté de tous les maillons de la chaîne."

La coopération transfrontalière en matière de santé inscrite dans la loi

Une volonté politique qui est bien là assure Sylvain Wasermann, député Modem du Bas-Rhin, très engagé dans les dossiers de coopération transfrontalière. La coopération transfrontalière en matière de santé est d'ailleurs l'un des volets de la loi 4D (pour décentralisation, déconcentration, différenciation et décomplexification) adoptée mercredi 21 juillet par le Sénat, et qui doit encore passer par l'Assemblée nationale.

La loi ne ne permettra pas de régler directement ces dysfonctionnements, mais elle amènera à renforcer la coopération entre les systèmes de santé français et allemands à travers la mise en place de schémas de santé transfrontaliers. "Jusqu'à présent, ces schémas s'arrêtaient au Rhin. Si la loi est votée, on aura une obligation de résultat pour mettre sur la table tous ces soucis du quotidien, pour y apporter des réponses", souligne Sylvain Wasermann.

La crise du Covid a montré qu'en temps de pandémie, la coopération entre les deux pays fonctionnait. Plusieurs patients alsaciens ont été pris en charge en Allemagne lorsque les hôpitaux étaient surchargés de notre côté du Rhin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess