Santé – Sciences

Des Clermontois se relaient pour un raid de bienveillance

Par France Bleu Pays d'Auvergne et Fany Boucaud, France Bleu Pays d'Auvergne jeudi 29 septembre 2016 à 22:39

Les coureurs pour le Raid Auvergne Anjou
Les coureurs pour le Raid Auvergne Anjou - Fany Boucaud

Le Raid Auvergne Anjou, ce sont 400 km parcourus en deux jours. 8 coureurs du Running Challenge Clermontois se sont élancés mercredi de la place des Bughes, direction Angers.

Il y a 6 ans environ, des salariés de Michelin qui couraient ensemble à l'heure du déjeuner ont créé une amicale : Running Challenge Clermontois. Parmi ces salariés, Thomas Duprez, ingénieur. Sa sœur vit avec une maladie rare : les syndromes d'Elhers-Danlos. Pour faire découvrir cette maladie méconnue du grand public, il a décidé de créer ce raid Auvergne/Anjou.

Un relais de 10 km en deux jours, pour chaque participant au profit de la recherche sur cette maladie rare. Elle touche le collagène des cellules. Les patients ont une peau très élastique, sujette aux bleus, les articulations sont touchées tout comme les yeux, les dents ou les artères. Un problème génétique qui peut conduire à la mort prématurée.

Jean Pierre Monciaux (à gauche) le parrain de cette édition et Thomas Duprez - Aucun(e)
Jean Pierre Monciaux (à gauche) le parrain de cette édition et Thomas Duprez - Fany Boucaud

10.000 personnes souffrent de cette maladie en France. 40.000 pourraient vivre avec sans être diagnostiqués. Courir, c'est aussi pour faire prendre conscience aux gens que la maladie existe. Jean Pierre Monciaux est le parrain de cette édition. Il est un ancien athlète marathonien international.

Lancement de la course à Clermont-Ferrand - Aucun(e)
Lancement de la course à Clermont-Ferrand - Fany Boucaud

C'est le parrain qui s'est élancé en premier pour donner le rythme jusqu'à Angers. Rendez-vous dimanche pour la Rando-Raid de la Loire avec encore 10 km à pied (course), 1 h de canoë et 26 km de vélo. Une cagnotte a été lancée sur internet. Elle a déjà recueilli plus de 6500 euros sur les 10.000 euros espérés. .

Des Clermontois en raid jusqu'à Angers pour une maladie rare

Partager sur :