Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Un robot-phoque à la place des médicaments pour les malades d'Alzheimer

jeudi 31 mai 2018 à 17:34 Par Clément Lacaton, France Bleu Belfort-Montbéliard

Depuis mi-avril, un drôle d'animal tient compagnie aux résidents d'une maison de retraite à Delle, dans le Territoire de Belfort : un robot-phoque qui redonne la parole à certaines personnes âgées. Un objet thérapeutique pour réduire l'usage de médicaments.

Le robot-phoque redonne la parole à certains résidents de l'Ehpad de Delle (90), en mai 2018.
Le robot-phoque redonne la parole à certains résidents de l'Ehpad de Delle (90), en mai 2018. © Radio France - Clément Lacaton

Delle, France

Un petit cri résonne dans un coin de l'Ehpad des Quatre Saisons à Delle, dans le Territoire de Belfort. Une dizaine de personnes âgées assises en cercle se passent de main en main un animal plus vrai que nature, un robot-phoque. Cette boule de poils de 2,5 kilos ("en fourrure synthétique à fibres bactéricides", selon la brochure) redonne la parole à certaines personnes âgées, notamment aux malades d'Alzheimer, et permet de réduire l'usage de médicaments.

Douze capteurs, sept moteurs, trois micros

Ce petit phoque est mignon comme une peluche : sur les genoux, il cligne des yeux, remue la tête et les nageoires. Derrière la fourrure blanche, c'est un bijou de technologie : douze capteurs, sept moteurs, trois micros, tous reliés à une intelligence artificielle. Sauf que ce n'est pas un jouet, mais un véritable outil de soin que Stéphanie, aide soignante, a déjà adopté : "Je dis à la personne que c'est un robot. Je ne mens pas, je leur dis que c'est un robot-phoque", qui apaise les angoisses, redonne le sourire et même la parole, aux résidents les plus refermés sur eux-mêmes. 

Ils caressent le phoque, ils lui parlent. Il y a un vrai échange"

"On voit le visage qui se détend, le sourire, se félicite Doris Bralla, cadre de santé à la tête de l'équipe soignante. Ils caressent le phoque, ils lui parlent, donc il y a un vrai échange." Un petit robot qui remplace peu à peu les médicaments, insiste Marlène Techer, la directrice de l'Ehpad des Quatre Saisons : "Des études cliniques prouvent que l'utilisation du robot permet de diminuer l'utilisation des psychotropes et autres médicaments qui servent à traiter les troubles liés à la maladie d'Alzheimer."

Un bébé phoque à 7 000 euros

Ce robot fabriqué au Japon vaut de l'or : près de 7 000 euros, mais l'investissement a déjà fait ses preuves. Le robot a été financé par l'association des amis de la maison de retraite, grâce au soutien de donateurs privés (banques et assurances).

REPORTAGE FRANCE BLEU BELFORT-MONTBELIARD / CLEMENT LACATON