Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un téléphone portable émettant trop d’ondes rappelé par Orange

jeudi 5 avril 2018 à 11:49 Par Germain Arrigoni, France Bleu

L'opérateur Orange rappelle un téléphone émettant trop d’ondes électromagnétiques selon 60 millions de consommateurs qui a révélé l'information mercredi. Il s'agit du téléphone portable Hapi 30, dont l’énergie des ondes absorbée par l'utilisateur dépasse le seuil autorisé.

L’opérateur Orange échange le téléphone portable Hapi 30
L’opérateur Orange échange le téléphone portable Hapi 30 © Maxppp -

"C’est une situation inédite." Voilà comment le magazine 60 Millions de consommateurs qualifie ce rappel d'un téléphone émettant trop d’ondes par Orange.

Il s’agit du téléphone à clapet Hapi 30, "un modèle assez basique, à clapet, que l’opérateur Orange commercialisait sous sa propre marque, et dont la fabrication était assurée par la société française Mobiwire."

90.000 utilisateurs concernés

Dans un courrier daté de mi-mars, Orange a commencé à prévenir ses 90.000 utilisateurs concernés, soit 0,3 % de ses clients selon l’opérateur, cité par 60 Millions de consommateurs. 

Dans cette lettre, Orange explique que ce sont les contrôles réalisés par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui ont détecté un dépassement du débit d’absorption spécifique (DAS) autorisé.

Dépassement du niveau autorisé

Le magazine spécialisé explique que "le DAS est la mesure utilisée pour quantifier l’énergie des ondes absorbée par l’utilisateur d’un portable. Il est limité à 2 W/kg au niveau de la tête ("DAS tête") comme au niveau du corps ("DAS tronc")."

Selon le courrier de l’opérateur, cela se produisait uniquement "dans un cas d’usage rarissime : l’envoi d’un MMS sous couverture réseau 2G, alors que le clapet du mobile est fermé et qu’il est plaqué contre le corps". 

"Cette non-conformité ne présente aucun risque pour la santé", a voulu rassurer l’opérateur.

Autres modèles concernés ?

L'opérateur propose un échange gratuit de leur portable contre un autre modèle.

Comme le souligne 60 Millions de consommateurs, l’Agence nationale des fréquences a renforcé son action de contrôle des émissions des téléphones mobiles.

"Nous avons enregistré des dépassements sur quelques autres téléphones", révèle Gilles Brégant, directeur général de l’ANFR. Il promet de publier le nom des modèles à l’issue de la procédure, qui peut prendre plusieurs mois.