Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un traceur GPS pour les malades d'Alzheimer

dimanche 10 décembre 2017 à 5:28 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Pierre Guiraud souhaite équiper gratuitement les malades d'Alzheimer de Lodève (Hérault) d'un traceur GPS. Le trublion qui a récemment participé à la finale du jeu télé Cash Island, a repris son sérieux pour monter cette opération dont il espère qu'elle fera tache d'huile.

A Lodève, Pierrot le Zigo a repris son sérieux pour aider les malades d'Alzheimer
A Lodève, Pierrot le Zigo a repris son sérieux pour aider les malades d'Alzheimer © Radio France - Salah Hamdaoui

Lodève, France

Connu pour ses facéties sous le nom de Pierrot le Zigo, Pierre Guiraud a repris son sérieux pour venir en aide aux malades d'Alzheimer et à leurs familles.

Alors que nombre de personnes touchées par la maladie d'Alzheimer tentent un jour de fuguer, ce qui occasionne une énorme source de stress et d'inquiétude pour leurs proches, il souhaite équiper gratuitement les malades d'un traceur GPS.

Un traceur dans une montre ou un pendentif

C'est une sorte de carte SIM glissée dans une montre portée par le malade. Quand elle est activée, le proche peut le localiser en temps réel grâce à une application pour téléphone portable. C'est comme le GPS dans la voiture : il suffit de suivre les indications sur son mobile.

Le traceur coûte 120 euros auxquels il faut ajouter l'abonnement téléphone de 24 euros par an, soit 150 euros annuels.

C'est un GPS de voiture, il suffit de suivre les indications - Radio France
C'est un GPS de voiture, il suffit de suivre les indications © Radio France - Salah Hamdaoui

Dans les recherches la première heure, c'est l’heure en or

"L'an dernier, une dame de 89 ans s'est perdue à Lodève. Elle a le même âge que ma maman et cette dame a passé la nuit dehors en plein hiver. Ça m'a touché et comme je savais que ces traceurs existaient, je me suis dit pourquoi pas?" explique celui qui a participé à la dernière finale de l'émission télé Cash Island.

Pour retrouver cette dame, il a fallu mobiliser un hélicoptère, des gendarmes, des policiers et des pompiers. Le chef du centre de secours de Lodève, le lieutenant Philippe Rossignol adhère à 100% : "C'est une plus-value indéniable dans la recherche des victimes. Nous on a pour habitude de dire que la première heure, c'est l'heure en or. C'est elle qui évite que la situation déjà dégradée s’aggrave encore plus alors un dispositif comme celui-là, c'est du temps gagné".

Flicage ou pas?

Un bémol selon Guillaume Rambaud, directeur du CCAS de Lodève et de la maison de retraite l’Écureuil "on parle de traceur, de balise, de mettre une puce à quelqu'un pour pouvoir le suivre. C'est une démarche qu'il faut vraiment encadrer parce qu'elle n'est pas anodine".

La précaution est balayée par le Dr Guy Valette, médecin généraliste, défenseur du dispositif, "maintenant tout le monde a un téléphone portable avec une géolocalisation, on ne considère pas que c'est du _flicage_. A mon sens, c'est tout à fait positif".

Pour éviter toute dérive, Pierre Guiraud précise qu'un comité d'éthique sera mis en place avec des professionnels de santé, du secours et des familles.

Chaque commerçant parraine un malade

En attendant une trentaine de commerçants Lodévois se sont associés à l'opération et chacun d'entre eux va parrainer un malade en lui offrant un traceur et l'abonnement. Egalement partenaire, le champion de VTT héraultais Victor Koretzky lui-même confronté à la maladie d'Alzheimer, "c'est vrai que ça concerne de plus en plus de monde, donc c'est une bonne initiative qui pourrait éviter aux familles d'avoir des mauvaises nouvelles".