Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Un transfert de patients annulé entre les CHU de Reims et Tours alors que le bus médicalisé était déjà parti

Un bus médicalisé avec huit patients en réanimation transférés de Reims à Tours a dû faire demi-tour ce mardi matin.Ce transfert devait soulager le CHU de Reims débordé.Selon l'ARS Grand Est, les patients transférés n’étaient pas des patients prioritaires, seuls concernés par des transferts.

C'est dans un bus médicalisé comme celui-ci que les 8 patients de Reims devaient être évacués sur le CHRU de Tours
C'est dans un bus médicalisé comme celui-ci que les 8 patients de Reims devaient être évacués sur le CHRU de Tours - © société "Cars Schidler"

Depuis la semaine dernière, les transferts inter-régionaux se multiplient pour soulager les hôpitaux du Grand Est et de la région parisienne. A Tours, depuis samedi, ce sont au total 12 patients d’Île-de-France qui sont arrivés au CHRU et à la clinique de l'Alliance. 

Ce mardi matin devait avoir lieu un quatrième transfert. Par bus médicalisé. A bord, huit patients soignés en réanimation au CHU de Reims. Accompagnés de trois médecins. 

Les collègues de l'Est nous demandent de l'aide. A Reims, les malades sont dans le couloir, et nous à Tours, on était prêt en service de médecine à prendre ces patients", Pr Louis Bernard, chef du service des maladies infectieuses au CHRU de Tours 

Le bus parti du CHU de Reims avec 8 malades a dû faire demi-tour

Alors qui a pris la décision de faire arrêter le bus sur l'autoroute et de lui ordonner de faire demi-tour ? Qui a pris la décision de suspendre ce transfert et de renvoyer ces patients vers un hôpital débordé ?

Les huit patients transférés n'étaient pas prioritaires selon l'ARS du Grand Est 

Au CHRU de Tours, la direction évoque laconiquement un "transfert suspendu car il aurait dû être mieux coordonné". De son côté, l'Agence Régionale de Santé du Grand Est précise que ces transferts de patients ne concernent que les malades jugés prioritaires. Or, les huit malades installés dans ce bus étaient en pré-réanimation. 

Pour ces transferts de patients entre hôpitaux de deux régions différentes, la procédure est très normée. Elle doit être validée à la fois par les deux ARS concernées et par le centre de crise national présent à Paris au sein de la Direction générale de la santé.  

Et c'est donc l'un d'entre eux qui a jugé que toutes les conditions d'accueil n'étaient pas réunies à Tours pour recevoir ces huit nouveaux patients, ordonnant la suspension immédiate de l'opération. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu