Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Une affluence réduite au centre de dépistage Covid-19 du Parnasse à Nîmes, deux semaines après son ouverture

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Deux semaines après son ouverture, l'affluence au nouveau centre de dépistage du Covid-19 situé sur le parking du Parnasse à Nîmes se normalise. Les capacités d'accueil et d'orientation des patients se sont améliorées.

Des patients testés en moins de 10 minutes ce vendredi au centre de dépistage sur le parking du Parnasse à Nîmes.
Des patients testés en moins de 10 minutes ce vendredi au centre de dépistage sur le parking du Parnasse à Nîmes. © Radio France - Natacha Kadur

"Il n'y a pas foule", commente Hamzah, responsable de la sécurité à l'entrée du site. 296 entrées au compteur ce vendredi peu avant midi. Une affluence relativement faible comparée à la foule qui s'était présentée le premier jour de l'ouverture de ce centre de dépistage massif le 14 septembre dernier. 

La structure provisoire avait été construite en dix jours par les services de la ville pour " renforcer la capacité de dépistage " à Nîmes et réduire les délais d'attente pour les patients. 

Priorité aux ordonnances

"Les sans ordonnances, on les fait passer en fin de journée", explique Hamzah. Un moyen de s'assurer que les demandes urgentes soient assurées en priorité, et d'ajuster la jauge chaque jour en temps réel selon les stocks de matériel disponibles et les effectifs de préleveurs. Le site a développé une capacité d'accueil et de dépistage pouvant aller jusqu'à 800 personnes sur une journée, contre 500 en moyenne il y a deux semaines. 

Sylvie, 74 ans, qui s'est sentie fiévreuse il y a quinze jours, avait failli renoncer à se faire tester : " Je suis allée deux fois au centre situé boulevard Jean Jaurès et après deux heures d'attente, je suis partie. La deuxième fois, le stock de réactifs était épuisé à mon arrivée. Je suis venue ici en voyant qu'il n'y avait pas de monde et c'est impeccable , j'ai été testée en un quart d'heure. "

Laurent, qui doit prendre l'avion pour partir en voyage, était passé faire du repérage la veille :  

"On venait clairement à reculons. Nous avions même envisagé de venir avec le casse-croûte pour faire des heures de queue. Et il n'y a plus de queue, les gens peuvent venir, c'est facile et ça va vite"  - Laurent, un patient

Des dépistages plus raisonnés

Depuis la cohue des premières 48 heures, l'organisation s'est vite musclée, appuyée par l'encadrement des équipes de la protection civile du Gard : "Cela s'est vraiment très très très calmé... Beaucoup de gens se sont déjà fait testés. Beaucoup respectent les consignes de l'ARS qui demandent aux patients avec des symptômes de rester chez eux.

Cela ne sert à rien de se faire tester si vous savez que vous êtes positif. Les tests c'est pour les personnes qui partent en stage, en vacances, veulent retourner en cours, qui travaillent dans les hôpitaux. Ce sont les cas urgents " témoigne Raphael Cavallo, secrétaire général de l'association. 

Raphael Cavallo, Protection civile du Gard

Inutile de vous précipiter par ailleurs vers les tests si vous pensez avoir pris un risque, car le temps d'incubation de la maladie est compris entre 4 et 5 jours. 

Enregistrement administratif avant le prélèvement réalisé en quelques minutes
Enregistrement administratif avant le prélèvement réalisé en quelques minutes © Radio France - Natacha Kadur

"C'était très difficile les deux premiers jours, tout le monde s'est rué. Nous sommes désormais bien rodés et à ce jour, tous les voyants sont au vert." - Christian Hoyet,  Bioaxiome.

Une affluence maîtrisée

Christian Hoyet, de Bioaxiome, recommande : " cela ne sert à rien de venir avec votre chaise pour l'ouverture dès 9h du matin .... L'affluence se réduit en fin de matinée, cela reprend un peu entre 12h et 14h puis en fin d'après-midi, mais globalement c'est fluide. "

La file d'attente déserte à l’extérieur du centre de dépistage
La file d'attente déserte à l’extérieur du centre de dépistage © Radio France - Natacha Kadur

La demande de dépistage avait considérablement augmentée à partir de la mi-juillet, après que les tests ont été rendus accessibles gratuitement et sans ordonnance pour tous les français. Les laboratoires débordés réclamaient alors de prioriser les patients en ayant le plus besoin. 

Horaires d’ouverture

Le centre est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h et le samedi de 9h à 15h sur le parking du Parnasse à Nîmes.

Au centre de dépistage quinze jours après l'ouverture

Choix de la station

À venir dansDanssecondess