Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une cabine offre un bilan de santé en 10 minutes aux étudiants parisiens

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Paris, France

Depuis le 18 janvier, 5 à 10 étudiants réalisent chaque jour un bilan de santé, sans rendez-vous, dans une "e-cabine" installée par la Smerep, près de la Sorbonne, à Paris. La mutuelle étudiante veut les inciter à consulter ensuite, car 20% d'entre eux ne vont jamais chez le médecin.

Dans la cabine, une étudiante réalise seule son bilan de santé
Dans la cabine, une étudiante réalise seule son bilan de santé © Radio France - Rémi Brancato

"Si vous voyez un zéro, appuyez!" indique la machine. Mame Fall est installée dans la cabine depuis quelques minutes et elle réalise, accompagnée des consignes vidéos, un test de vision. La machine prend également la tension de l'étudiante en médecine, sa température et vérifie son audition. En 10 à 30 minutes, elle imprime ensuite un bilan de santé basique, qui indique si le patient est dans les normes ou s'il doit consulter un médecin.

"C'est plutôt fiable" tranche Mame, qui constate que, comme son ophtalmologue, la machine a constaté que sa vision était assez faible. A la sortie, le médiateur lui conseille tout de même de ne pas analyser seule les résultats et de consulter un médecin. C'est l'objectif de cette "e-cabine", qui permet ensuite de conseiller aux étudiants de consulter. Camille Robert aussi est séduite. L'étudiante en école de commerce a rarement le temps de voir un médecin : "je vais le voir quand je ne suis vraiment pas bien, dit-elle, sinon j'ai tendance à aller seulement à la pharmacie en bas de chez moi".

Chaque jour, 5 à 10 étudiants testent la cabine, Rémi Brancato

20% des étudiants renoncent aux consultations chez le médecin

Ce phénomène, Pierre Faivre le constate. "Les étudiants renoncent très souvent aux soins par manque de temps par manque d'argent et ils s'éloignent d'un cercle vertueux de prise en charge" explique l'administrateur de la Smerep en charge de la prévention. 1 étudiant sur 5 ne va jamais voir un médecin selon l'enquête annuelle de la Smerep réalisée auprès des étudiants. L'enquête montre aussi que 23% d'entre eux estiment que les médecins parisiens sont "trop chers".

Pierre Faivre : "ce sont des examens que les étudiants ne font pas"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess