Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une cagnotte Leetchi pour sauver l'hôpital de Privas

mardi 12 février 2019 à 3:08 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Une infirmière a décidé de lancer une cagnotte sur la plateforme participative Leetchi pour défendre l'hôpital de Privas. Une façon de faire le buzz pour attirer l'attention sur cet hôpital en difficulté.

Une des nombreuses manifestations pour l'hôpital de Privas, ici en 2006
Une des nombreuses manifestations pour l'hôpital de Privas, ici en 2006 © Maxppp -

Privas, France

Il y avait lundi soir 165 € sur la plateforme Leetchi pour aider l'hôpital de Privas. Mais c'est un peu accessoire. Caroline Berthaud qui a lancé cette cagnotte ne compte pas récolter des millions. Elle veut juste attirer l'attention des privadois sur cet hôpital dans lequel elle est infirmière aux urgences après avoir passée plusieurs années au sein de l'EHPAD.  

L'exemple du boxer "gilet jaune"

Caroline Berthaud s'est inspirée de plusieurs cagnottes lancées ces dernières semaines dans le cadre du mouvement des "gilets jaunes".  Et pourquoi pas une cagnotte pour faire parler de l'hôpital de Privas ? C'est donc la démarche de Caroline. Parler de l'avenir de l'hôpital avant qu'il ne soit trop tard.  

Un hôpital en grandes difficultés financières

A l'automne dernier, l'agence régionale de santé a débarqué le directeur de l'hôpital de Privas. L'agence estime alors que l'établissement serait en faillite s'il s'agissait d'une structure privée. Le déficit atteint 4 millions d'euros sur une budget total de 40 millions. Un déficit qui plus est est structurel. Chaque année, l'hôpital perd de l'argent. Un administrateur provisoire a été nommé. Il doit rendre courant mars un rapport à l'agence régionale de santé. Certains services sont sur la sellette comme par exemple la maternité qui pourrait être fermée.  Mais d'autres services pourraient subir des restructurations.