Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une cantine verte et aux petits oignons pour les collégiens d'Ingré

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Grâce à des démarches (comme Restau'co) mais aussi à la loi Egalim de 2018, les cantines scolaires tentent de plus en plus de travailler avec des produits de saison, locaux et bio. Au collège d'Ingré (Loiret), c'est le cas depuis 2 ans, avec également un gros travail pour limiter le gaspillage.

Le collège Montabuzard d'Ingré met en place des mesures en cuisine pour des plats de saison, locaux, de plus en plus bio et avec moins de gaspillage.
Le collège Montabuzard d'Ingré met en place des mesures en cuisine pour des plats de saison, locaux, de plus en plus bio et avec moins de gaspillage. - Conseil départemental Loiret

Ingré, France

Il faut dire déjà que le collège Montabuzard ne dépend pas d'une régie de restauration collective et cela lui donne donc de "l'autonomie" pour gérer les produits, reconnait le principal de l'établissement Eric Napet. Mais il faut tout de même une volonté interne pour lancer ces démarches. A Ingré, elle est venue du chef de cuisine (absent temporairement pour raison de santé) et elle a tout de suite trouvé écho auprès de son équipe et du personnel du collège.

Des mesures qui portent leurs fruits

L'établissement en s'engageant dans la démarche Restau'co, l'année dernière a donc mis en place plusieurs mesures, d'abord sur la nourriture. 

Le collège propose ainsi des produits locaux, de saison, plus de bio. Le tout préparé sur place, l'établissement attend d'ailleurs prochainement une girafe (pour faire des purées ou des soupes maison) et une éplucheuse. Les élèves ont aussi droit depuis 2 ans à un salade bar pour les entrées, ce qui leur permet de choisir ce qu'ils veulent et limiter ainsi le gaspillage. Ils ont également à leur disposition des "assiettes bleues" : une portion moins importante pour les "petites faims". Mais dans le même temps, le "rab" est aussi à volonté, ce qui évite que les élèves surchargent leur assiette au 1er passage, toujours afin de limiter le gaspillage. Les élèves que le principal sent souvent "plus investis que les adultes sur ces questions" approuvent ces mesures et s'en réjouissent. Quant à la qualité des produits, même s'ils ne sentent pas une grande différence, la preuve se fait par les chiffres : "sur les légumes on a 10 à 15% de gaspillage en moins" reconnait Anthony Douchat le second de cuisine.

Les légumes de saison - Radio France
Les légumes de saison © Radio France - Erika Vachon

Les mesures visent aussi à valoriser tout ce qui peut l'être et éviter de jeter. Cette année, l'établissement participe donc à l'opération "Pain contre la faim" : le pain non consommé est récupéré par une association qui fait de l'insertion sociale et redistribue ce pain pour nourrir des animaux. Tous les déchets sont triés et ainsi les déchets organiques sont récupérés par une entreprise qui en fait ensuite du terreau. Plus de bouteilles d'eau en plastique (sauf un stock réservé en cas de problème) et place à l'eau du robinet. Eric Napet, le principal, remarque que si ces mesures ont demandé un investissement au départ, cela aboutit aussi à des économies à terme. Enfin tout ce qui est jetable est fait en matériaux biodégradables.

Structurer les filières pour répondre aux besoins

A Ingré ce sont environ 600 élèves (sur les 800 de l'établissement) qui fréquentent la cantine. De gros volumes donc à fournir et ce n'est pas forcément évident de trouver des producteurs qui peuvent répondre à cette demande. Il y a un besoin de "structurer la filière" constate le principal Eric Napet. Isabelle Telmar du conseil départemental du Loiret a bien conscience de cette difficulté et elle explique que dans ce but un partenariat a été fait avec la chambre d'agriculture. Elle précise d'ailleurs que le département pousse et accompagne les établissements volontaires pour ce genre de démarche.

Une démarche globale

Des efforts en cuisine donc pour l'établissement, mais pas que...Le collège a également un club, "les fourmis vertes" où les élèves réfléchissent à des actions à mettre en place pour le développement durable. Plus globalement dans le collège, il y a aussi un recyclage pour les stylos et les piles, le papier blanc a été abandonné au profit du papier recyclé, le tri sélectif est en place (y compris avec recyclage du papier), des prises avec interrupteurs sont généralisées pour économiser l'électricité et il y a une vigilance sur les fuites d'eau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu