Santé – Sciences

Une centaine de pharmaciens limousins expérimentent la vaccination contre la grippe

Par Nathalie Col, France Bleu Limousin mercredi 4 octobre 2017 à 21:30

Les doses de vaccins contre la grippe sont arrivés dans les pharmacies.
Les doses de vaccins contre la grippe sont arrivés dans les pharmacies. © Radio France - Nathalie Col

Pour augmenter la couverture vaccinale contre la grippe, les pharmaciens de Nouvelle-Aquitaine et de Rhône-Alpes-Auvergne peuvent expérimenter cette année la vaccination dans leurs officines.

La campagne de vaccination contre la grippe débute ce vendredi 6 octobre en France. Et cette année, certains pharmaciens ont le droit d'administrer ce vaccin dans le cadre d'une expérimentation menée dans deux régions, Nouvelle Aquitaine et Rhône-Alpes-Auvergne, pour augmenter la couverture vaccinale jugée trop faible.

En Haute Vienne, 75 pharmaciens ont déjà reçu l'autorisation de le faire. D'autres sont prêts à franchir le pas, dès qu'ils auront suivi la formation nécessaire. Une vingtaine de Corréziens ont aussi reçu le feu vert de l'agence régionale de santé et au fil des mois, le nombre de pharmaciens habilités à faire cette injection va augmenter.

Moins d'une personne à risque sur deux se fait vacciner

L'an dernier seulement 48% des personnes à risque se sont faites vacciner contre la grippe. C'est très loin de l'objectif des 75% de personnes couvertes parmi les plus de 65 ans, les malades chroniques ou encore les femmes enceintes. Les autorités sanitaires comptent donc sur les pharmaciens pour améliorer ce score car ils sont bien répartis sur le territoire, avec de larges horaires d'ouverture et ils pourront à la fois vendre le vaccin et le faire sur le champ.

Les pharmaciens doivent être volontaires et suivre une formation

Cette expérimentation est menée uniquement par des pharmaciens qui en font la demande et qui ont obtenu l'aval de l'agence régionale de santé, après avoir suivi une formation d'une journée. Leur officine doit aussi disposer d'un local, à part pour faire les injections. Ces professionnels se défendent de vouloir prendre la place des médecins et des infirmières. Ils parlent d'un rôle complémentaire.

Une expérimentation très encadrée

La phase expérimentale doit durer trois ans et les pharmaciens ne peuvent pas vacciner tout le monde contre la grippe. Seuls des adultes qui ont déjà été vaccinés peuvent s'adresser à eux pour la piqûre de cette année. Une limite parfois incomprise par les pharmaciens car ils estiment que ça revient à prêcher auprès de ceux qui sont déjà convertis. Alors que de jeunes adultes qui ne vont jamais chez le médecin et qui seraient demandeurs n'ont pas accès au dispositif. L'agence régionale de santé de la Nouvelle-Aquitaine précise que ça fait justement partie des points qui seront évalués au cours de l'expérimentation. A terme, ça pourrait donc évoluer pour toucher + de monde et répondre réellement à l'objectif visé.