Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La santé : un enjeu électoral 2017

Une crèche de Limoges en pleine expérience pour lutter contre les perturbateurs endocriniens

dimanche 14 mai 2017 à 16:42 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin et France Bleu

La lutte contre les perturbateurs endocriniens est bel et bien lancée par la ville de Limoges. Une première bataille est en train d'être livrée dans la crèche municipale Joliot Curie. Le personnel a commencé à changer sa méthode de travail. Des objets disparaissent, et les parents approuvent.

A la crèche Joliot Curie de Limoges, toute l'équipe s'emploie à faire disparaître les perturbateurs endocriniens
A la crèche Joliot Curie de Limoges, toute l'équipe s'emploie à faire disparaître les perturbateurs endocriniens © Radio France - François Ravanne

Limoges, France

Le diagnostic réalisé en début d'année dans la crèche Joliot Curie récemment rénovée, l'une des 13 crèches municipales de Limoges a permis de montrer que certes la situation n'était pas alarmante mais qu'il y avait quand même des perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques que l'on trouve par exemple dans des produits ou des objets et qui interfèrent sur le système endocrinien ou hormonal. Dans l'établissement, tout le monde a donc pris le problème à bras le corps.

Des puéricultrices... aux cuisiniers en passant par les agents d'entretien, l'ensemble du personnel s'est adapté à une nouvelle manière de fonctionner. Charlotte Laumond, la directrice de la crèche affirme que tout le monde s'est montré motivé, même s'il a fallu changer des habitudes. " On n'utilise plus de savon pour nettoyer un bébé qui n'a fait que pipi par exemple , on ne met plus non plus systématiquement de produit sur les tapis de change, et surtout on aère beaucoup plus"

"Pour les produits d'entretien c'est plus compliqué", Nadine Vincent du service enfance à la ville de Limoges

Certains jouets ont aussi disparu des étagères , certaines peintures aussi. "Tant pis si elles sont moins belles, s'il n'y a plus de paillettes" explique t-on à la crèche, la vaisselle en plastique sera bientôt remplacée "Mais le plus compliqué reste de trouver les bons produits d'entretien" confie Nadine Vincent, la responsable du service enfance à la ville de Limoges. "Nous devons les tester et ce n'est pas facile de répondre à l'obligation de désinfecter des lieux accueillant de jeunes enfants et de faire disparaître en même temps des produits susceptibles de contenir des perturbateurs endocriniens" et surtout qu'il n'y a pas de cadre juridique en la matière ajoute t-elle. "zéro perturbateur endocrinien c'est impossible d'y parvenir" reconnait Nadine Vincent.

A la crèche on sensibilise aussi les parents

Quoi qu'il en soit la phase opérationnelle est en cours à la crèche Joliot Curie où on va continuer à s'employer à diminuer l'impact sur les enfants. "il faut prendre le problème dés la petite enfance" explique Nadine Rivet, l'adjointe au maire de Limoges en charge du dossier "car ces perturbateurs ne se révèlent qu'une fois à l'âge adulte et il est alors trop tard" . "Mais ce que nous voulons aussi c'est sensibiliser tous les parents au problème" ajoute Nadine Rivet. Des réunions d'informations ont déjà eu lieu et il y a aussi des affiches bien visibles dans les crèches de la ville .

"Maintenant, je fais la même chose chez moi" Laurent papa d'un petit garçon accueilli à la crèche

Des recommandations plutôt bien perçues comme pour Laurent, papa d'un petit garçon accueilli à la crèche Joliot Curie". Il a le sentiment qu'ici tout est fait pour le bien être de son enfant " ils aèrent la pièce avant la sieste des petits, je sais aussi qu'il ne faut plus faire réchauffer la nourriture dans des récipients en plastique". Il a l'impression qu'ici son fils est en bonnes mains et désormais toutes les mesures de lutte contre les perturbateurs endocriniens il les pratique aussi chez lui . Et c'est aussi l'objectif de la ville de Limoges , convaincre le plus de monde. Elle envisage d'étendre très vite cette expérience à toutes les crèches de la ville.

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.