Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une esthéticienne mosellane tatoue des mamelons pour les survivantes du cancer du sein

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Octobre, mois de la lutte contre le cancer du sein : le combat continue aussi après, avec la reconstruction mammaire. Séverinne, esthéticienne et dermographe à Boulay, tatoue gratuitement des aréoles et des tétons sur les seins des femmes qui ont subi une masectomie.

Séverine, de l'institut Le Cocon d'Erine, recrée des mamelons en trompe l'oeil pour les survivantes du cancer
Séverine, de l'institut Le Cocon d'Erine, recrée des mamelons en trompe l'oeil pour les survivantes du cancer © Radio France - magali fichter

Boulay-Moselle, France

Quand on dit "octobre rose", on pense bien sûr cancer du sein, dépistage et traitement. Mais la lutte ne s'arrête pas à la maladie. Après la rémission, vient la reconstruction. Les femmes qui ont subi une masectomie peuvent se faire poser une prothèse mammaire, mais souvent, le mamelon, lui, a entièrement ou partiellement disparu. 

Différentes possibilités après une masectomie

Certaines femmes choisissent de vivre sans, d'autres choisissent de se faire tatouer un motif, mais d'autres encore, pour qui ce petit bout de chair est crucial pour retrouver leur féminité, décident de le faire redessiner : c'est la technique que propose Séverine, esthéticienne et dermographe à l'institut de beauté Le Cocon d'Erine, à Boulay-Moselle.

Une séance d'une heure, puis des retouches

Une technique dite de "tatouage médical" qui s'apparente au maquillage permanent (contrôlé par l'ARS, moins invasive qu'un vrai tatouage : on pique moins profondément dans la peau. Cela nécessite donc des retouches, mais au bout d'une séance d'une heure, le résultat ressemble à s'y méprendre à un vrai téton, assure Séverine : "on n'utilise pas d'encre, mais des pigments, de couleur chair, de couleur peau, on va créer des ombres, et c'est cette combinaison qui va donner l'illusion du relief." Séverine s'occupe aussi de camoufler les cicatrices autour de l'aréole.

Un sein avant et après le tatouage - Aucun(e)
Un sein avant et après le tatouage - Séverine Ciubotaru

J'ai des clientes qui ne se regardaient plus dans le miroir depuis dix ans !" - Séverine

Elle a été formée par une autre dermographe, Anna Ferrario, après s'être demandé comment pouvoir "aller plus loin dans le domaine du bien-être pour aider les femmes". Elle réalise cette prestation gratuitement pour les femmes qui ont subi un cancer - elle demande simplement parfois une petite participation pour le matériel. Et elle a vraiment le sentiment d'être utile : "J'ai des clientes qui ne se regardaient plus dans le miroir depuis dix ans ! Aujourd'hui, quand elles sortent de la douche, elles se regardent normalement, elles s'acceptent comme elles sont."

J'en ai eu les larmes aux yeux. Cela m'a fait tout bizarre, cela faisait depuis 2012 que je n'avais plus d'aréole !" - Lydie

Reste la peur qu'on touche un corps qui a déjà tellement subi, et cette question qui revient souvent : est-ce que ça fait mal ? Lydie, 50 ans, de Rambervillers, qui s'est fait opérer cet été, répond : "Pas du tout. On n'a même pas besoin de mettre un patch pour endormir la peau." Quand elle a découvert le résultat, elle en a eu "les larmes aux yeux. Cela m'a fait tout bizarre, cela faisait depuis 2012 que je n'avais plus d'aréole !" Lydie tient à remercier son fils qui lui a un jour parlé de cette possibilité... et elle n'a qu'un mot pour les femmes dans son cas : "Foncez!"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu