Santé – Sciences

Une étude alerte sur la surconsommation de médicaments chez les personnes âgées

Par Thibaut Lehut, France Bleu jeudi 21 septembre 2017 à 18:18

Dans cette population "polymédiquée", la prise moyenne est de 14,4 médicaments différents par jour.
Dans cette population "polymédiquée", la prise moyenne est de 14,4 médicaments différents par jour. © Maxppp -

Plus d'une personne sur cinq âgée de plus de 65 ans prend au moins sept médicaments différents par jour. C'est le résultat d'une étude publiée ce jeudi par 60 Millions de consommateurs, qui alerte sur les risques "d'accidents" provoqués par cette surconsommation.

Sur 449.000 personnes de plus de 65 ans, près de 155.000 personnes sont "polymédiquées". C'est-à-dire qu'elles consomment plus de sept médicaments différents par jour pendant au moins trois mois. C'est le résultat d'une étude menée dans 2.600 pharmacies et publiée ce jeudi par le mensuel 60 Millions de consommateurs.

Jusqu'à 58 médicaments différents par jour

Au sein de cette population "polymédiquée" (57% d'hommes et 43% de femmes), le nombre moyen de médicaments absorbés par jour est de 14,4. Il peut grimper jusqu'à 58 dans certains cas. Et encore, "c'est une fourchette basse parce que l'automédication n'est prise en compte que si elle est associée à une prescription médicale", précise 60 Millions de consommateurs.

  - Aucun(e)
-

Conséquence principale de cette surconsommation, outre une cascade d'effets secondaires : un nombre d'accidents important pouvant entraîner l'un des 7.500 décès annuels attribués aux médicaments chez les plus de 65 ans et recensés par l'Assurance maladie. "Attention au mélange, au cocktail", explique en effet Claude Rambaud (France Assos Santé), qui représente l'Union nationale des associations agréées d'usagers du système de santé, partenaire de l'initiative du magazine présentée jeudi.

Mieux coordonner les prescriptions

"Rien n'est prévu pour la coordination", déplore-t-elle, en prenant pour exemple le cas des benzodiazépines tels que le Stilnox, le Stresam ou encore l'Imovane. "Les gens ne doivent pas prendre à longueur d'année des benzodiazépines" qui peuvent induire des risques de chutes et de désorientation, a fortiori lorsqu'il s'agit des personnes âgées concernées par l'étude.

Elle réclame "qu'on mette à disposition des patients un outil qui leur permettent d'avoir en permanence l'intégralité de leurs traitements" sur leur téléphone portable avec une version française de "l'appli" blue button. Le patient pourrait le montrer aux différents médecins consultés (spécialistes et généraliste) pour qu'ils en tiennent compte. En tout cas, "il faut faire le point régulièrement avec son médecin et lui apporter les ordonnances des spécialistes ou d'autres médecins et noter ce qu'on a acheté en plus soi-même" sans ordonnance, conseille-t-elle. Ceci afin de réviser l'ordonnance pour vérifier si tous les médicaments prescrits correspondent à l'état de santé des patients, en nombre et en doses.