Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les maires de Nancy et Metz opposés sur l'idée d'une fusion de leurs hôpitaux

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine

A l'occasion de son élection à la présidence du CHRU de Nancy ce mercredi, le maire de Nancy Mathieu Klein a relancé le débat entre les deux plus grandes villes de Moselle. Ce dernier souhaiterait mettre en place une fusion des hôpitaux de Nancy et Metz pour devenir le 3ème CHRU de France.

L'hôpital Bel-Air de Thionville.
L'hôpital Bel-Air de Thionville. © Maxppp - Julio PELAEZ

Ça ne va pas arranger les relations Metz-Nancy. Le maire de la capitale de Meurthe-et-Moselle Mathieu Klein a fait savoir ce mercredi qu'il souhaiterait former une "universitarisation", comprenez une fusion des CHR de Nancy et de Metz. Une démarche qui permettrait à ce nouveau pôle unique de devenir le 3ème CHRU de France. "Tant en terme d'excellence des soins de recours qu'en terme d'implantation locale", justifie Mathieu Klein. 

Côté Nancy, l'idée est bonne

Selon Mathieu Klein, Metz et Nancy doivent désormais travailler main dans la main. "Nous avons vraiment intérêt à travailler ensemble", confie-t-il. "La question n'est pas de savoir si untel ou un autre est plus puissant. La question est aujourd'hui de construire un CHR lorrain capable de répondre aux besoins de santé des Lorrains tout en attirant des professionnels de santé qui permettront à l'excellence hospitalo-universitaire de grandir ici", poursuit-il, devançant les remarques qui pourraient jaillir côté messin.

Côté Metz, ce n'est même pas pensable

Son homologue messin François Grosdidier n'a pas la même vision de ce projet.  "Il est hors de question de travailler à une fusion, on travaille déjà sur des coopérations." Déjà au cours de l'été, il a pu lui dire qu'il ne comprenait absolument pas l'intérêt de ce plan. "C'est pour ça que je ne comprends pas qu'il remette ça sur le tapis."

Pour se justifier, François Grosdidier met en avant les deux bassins de population, très sensiblement différents entre Nancy et Metz-Thionville. Mais aussi le nerf de la guerre : le budget. "Je fait observer que Metz-Thionville est en excédant, et que Nancy est en déficit. Nous n'avons pas vocation à combler ce dernier pour voir les investissements bloqués chez nous." François Grosdidier a donc écrit au ministère de la Santé pour lui faire savoir que Metz refusait cette perspective.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess