Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Une hausse des salaires permettrait de recruter" estime le Sarregueminois Didier Birig, de FO Santé

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

La question des salaires des personnels de santé est au cœur du Ségur de la Santé, qui a débuté lundi. Autour de la table des négociations, le Sarregueminois Didier Birig, secrétaire fédéral du syndicat FO Santé. Il souhaite une hausse de salaires pour tous les agents hospitaliers.

Edouard Philippe à l'ouverture du Ségur de la Santé, lundi 25 mai
Edouard Philippe à l'ouverture du Ségur de la Santé, lundi 25 mai © Maxppp - Michel Euler

Après les premières déclarations d’Édouard Philippe lundi en préambule du Ségur de la Santé, les négociations débutent ce mardi au ministère de la Santé, notamment sur la question des salaires des soignants. Autour de la table, il y a Didier Birig, secrétaire fédéral de FO Santé, qui vient du centre hospitalier spécialisé de Sarreguemines. Il était l'invité de France Bleu Lorraine Nord.

Quelles sont vos premières impressions ?

On a reçu des informations un peu plus précises concernant les salaires, avant la réunion de cet après-midi. Nous n'avons aucune indication chiffrée hormis le fait que le gouvernement veut ramener la moyenne des salaires des infirmiers à la moyenne des pays de l'OCDE, ça représenterait une hausse de 400-500 euros pour les infirmiers. Mais ça ne veut pas dire que ça toucherait de la même manière tous les agents hospitaliers.

C'est la solution pour sauver l'hôpital ?

Non, je ne pense pas. Les agents hospitaliers réclament depuis plus de dix ans des augmentations de salaires. Nous avons des problèmes de recrutement car ces personnels travaillent beaucoup, ils travaillent les dimanches et jours fériés, en poste de nuit, en effectif réduit, donc ce volet là permettrait de donner un nouveau souffle, d'attirer plus de candidats car les salaires seront un peu plus attractifs. Mais ça ne règlera pas tout. 

L'assouplissement des 35 heures, comme le souhaite Olivier Véran, c'est une bonne idée ?

Elles n'ont jamais été appliquées de manière identique partout. Il y a beaucoup d'infirmiers qui travaillent 37h30, 40h, etc. Pourquoi ? Parce qu'à l'époque, on n'a pas créé les 70 000 postes qui devaient compenser l'abaissement du temps de travail. Donc les personnels travaillent plus que 35 heures. Et on a beaucoup d'heures supplémentaires qui sont stockées sur les comptes épargne-temps, l'équivalent de 30 000 postes ! Donc le problème du temps de travail est un faux problème pour nous. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess