Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une Lilloise atteinte d'un cancer demande de l'aide pour financer son traitement en Allemagne

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Sabrina, 41 ans, est atteinte d'un cancer du sein 'triple négatif' une forme particulièrement agressive de la maladie. Alors qu'elle ne peut pas bénéficier d'immunothérapie en France, elle a décidé de se faire soigner en Allemagne. Mais le traitement est coûteux.

Sabrina est atteinte d'un cancer triple A négatif
Sabrina est atteinte d'un cancer triple A négatif © Radio France - Sophie Morlans

Elle est connue sous le pseudo Koeur de rose sur les réseaux sociaux, où elle partage son quotidien et échange avec d'autres "triplettes", des femmes atteintes comme elle d'un cancer du sein triple négatif. Sabrina Piazza, 41 ans, vient d'apprendre une récidive près d'un an après la fin de ses traitements pour ce cancer particulièrement agressif, qui touche le plus souvent les femmes jeunes.

La Lilloise vient de lancer une cagnotte en ligne car elle a choisi d'être soignée en Allemagne, pour un traitement à base d'immunothérapie. Répandue dans plusieurs pays, cette thérapie n'est plus remboursée en France pour cette forme spécifique de cancer, la Haute Autorité de Santé estimant que son efficacité n'est pas prouvée. Elle est proposée uniquement dans le cadre d'essais cliniques. 

Pour bénéficier d'un essai clinique, il faut entrer dans des cases

Or, Sabrina n'a pas été retenue pour intégrer un essai. "Pour en bénéficier, il faut entrer dans des cases. Ce n'était pas mon cas. Il faut par exemple une rechute précoce. Et dans leur grille, un an, ce n'est pas précoce... "

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Selon la Lilloise, il n'y a donc pas d'autre solution que d'être soignée en Allemagne, où plusieurs établissements accueillent régulièrement des patients français. Mais les frais sont très élevés : 100.000 euros en moyenne, sans compter les examens et les allers-retours entre les deux pays. Sabrina a donc lancé un appel et a récolté en une semaine plus de 75.000 euros. 

Une mobilisation qui donne de l'espoir

Les dons et les initiatives affluent. "Beaucoup de la région, mais aussi de toute la France. Certaines organisent des cours de zumba en ligne et collectent de l'argent, d'autres proposent des ventes de bracelet. D'autres encore me demandent simplement comment elles peuvent m'aider. C'est évidemment touchant, et tellement important. Ca donne de l'espoir. Il faut démarrer le traitement en me disant que ça va marcher. Sinon, ça ne sert à rien."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Sa fille Kapia, qui la soutient dans sa démarche, espère que les choses vont bouger pour toutes les femmes dans la même situation. En France, chaque année, 9 à 10.000 personnes reçoivent ce diagnostic de "triple A négatif". Une vingtaine de cagnottes sont lancées à travers le pays de patientes qui placent leur espoir dans un traitement à l'étranger.

ECOUTER : le reportage de Sophie Morlans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess